Les fêtes de fin 2016 sont bel et bien révolues mais n’empêche que chez nous c’est un peu Noël, tout au long de l’année. Il faut dire que les bredele ont comme un goût de reviens-y. Pas vrai ? Les enfants me réclament tout le temps ces petits biscuits au format bien pratique à glisser dans leur sac d’école pour le goûter de 16h. Mais je crois que leur motivation relève autant du plaisir qu’ils ont à les manger que de celui qu’ils éprouvent à mettre la main à la pâte. Dernièrement,

Voilà, c’est fait. Je me suis enfin attaquée à la réalisation des Fleischschnaka. Il était grand temps ! D’autant que mon mari pourtant ancré en Alsace depuis sa naissance n’en avait jamais goûté. Autant vous dire que si, tout comme lui, vos papilles n’ont pas encore rencontré cette spécialité alsacienne, vous êtes passé à côté de l’essentiel ! Oui, oui, c’est fort triste ! Vous rendez-vous compte : faire l’impasse sur le plus exquis et raffiné des plats alsaciens (à mon sens : je n’ai évidemment pas le monopole du bon goût mais

L’épiphanie, c’est fini. Mais l’envie de me régaler d’une bonne galette ne m’est pas passée pour autant. D’autant qu’il y a mille et une manières de la préparer et donc de la déguster. Le temps où il existait seulement trois types de galettes : feuilletée aux pommes, feuilletée à la frangipane et briochée est bel et bien révolu. La galette des rois est devenu un support de prédilection pour la créativité des pâtissiers qui ne se privent pas de la revisiter à de multiples sauces ! Et à la maison, les pâtissiers en herbe n’hésitent pas

Quand Pokaa, le blog Strasbourgeois au ton désinvolte et décalé, annonce « -11°C dans ton slip » pour la journée, j’ai une envie soudaine de calories, de gras, de nourriture réconfortante. Je rêve d’un plat rustique qui tient au corps et réchauffe les papilles. Et en bonne Alsacienne que je suis, c’est une choucroute royale bien garnie qui squatte maintenant mon esprit ! Mais pas n’importe laquelle. Je rêve de la meilleure choucroute du monde, du cosmos, de la galaxie, de l’univers. Je rêve de la choucroute de Mamie Faty (alias Mamie Couscous). Mamie Faty,

Voilà nous y sommes ! Le cap de la nouvelle année est passé. Rien n’est fondamentalement nouveau sous le soleil, mais ce basculement d’une année à une autre, est toujours accompagné du sentiment de devoir faire peau neuve, de devoir envoyer valser les vieilles habitudes pour tendre vers des horizons meilleurs. L’heure est aux bonnes résolutions ! Et la liste peut être longue, très longue. Sans doute un bon exercice pour faire le point et se recentrer sur ses priorités… à condition de s’y tenir un minimum. C’est évidemment là que le bât blesse ! Les

Après une bûche très classique et bien de chez nous façon Forêt Noire pour Noël, j’avais envie d’un dessert plus exotique pour Nouvel an. Mais bien-sûr sans déroger à mon habitude de vous proposer sur ce blog des recettes pensées pour valoriser les produits du terroir alsacien. Heureusement, notre région est une source d’inspiration inépuisable ! Et parfois même inattendue ! Saviez-vous qu’il existe plusieurs plantations de safran en Alsace ? A ma connaissance, quatre producteurs, Le safran du Château, le Safran du vignoble, le safran du Loess et Safran d’Alsace  se sont passionnés

1 2 3 42 Page 1 sur 42
logo-jvvc-vide

Ne manquez pas une miette du site, abonnez-vous à ma newsletter ! (confidentialité garantie)

Merci et à bientôt.

Powered byRapidology