All posts by

Leïla Martin

Insatiable de quetsche je suis ! Et complètement addict au sucre aussi ! Je le confesse : pas un jour ne passe sans que je ne craque pour une petite douceur. Le sucre pourtant longtemps adulé et même promu auprès de la population comme un carburant indispensable à la vie est aujourd’hui décrié. Inutile du point de vue nutritif et même clairement désigné comme le grand coupable, l’instigateur sournois des pires maladies de notre siècle dont le diabète et le cancer, le sucre raffiné est devenu un ennemi à combattre.

Depuis que j’ai lancé ce blog dédié à l’Alsace gourmande, je découvre au fur et à mesure des spécialités alsaciennes auxquelles je n’avais jamais goûté. Ce sont souvent des amis qui me branchent sur telle ou telle recette, me demandant si elle fait partie de mon répertoire. Récemment, c’est Denis Jully, fameux artiste peintre strasbourgeois, qui m’a parlé les yeux pétillants de gourmandise des fameuses galettes de semoule que lui préparait sa grand-maman. Après avoir fouillé dans les méandres reculés de sa mémoire, le nom a refait surface ! « Griespflutta,

La compote de pommes est un grand classique en Alsace, et même, aux côtés de l’indispensable potage, l’accompagnement incontournable de nombre de nos recettes traditionnelles. Au temps de nos parents et grands-parents, le dîner était souvent organisé autour de spécialités comme les Dampfnüdle (pain gonflés à la vapeur), les Grumbeerekiechle (galettes de pommes de terre) ou encore les Griesknepfle (gnocchi de semoule alsaciens). Des mets simples, consistants et bon marché qui, associés à la compote de pommes, réveillent aujourd’hui de délicieux souvenirs d’enfance pour bien des Alsaciens ! La compote

Oui, je sais, j’avais dit que j’irai mollo sur les tartes et les gâteaux… Mais que voulez-vous, je suis faible, sans résistance aucune à la tentation ! Il faut dire la saison de la quetsche n’est pas franchement la saison idéale pour ouvrir le chapitre des bonnes résolutions en matière de régime alimentaire. D’autant que les jolies prunes ont une durée de vie très éphémère et que c’est le moment ou jamais d’en profiter ! Autant laisser tomber les promesses solennelles faites à moi-même que je suis sûre et certaine

En Alsace, on aime manger ! Et on mange avec appétit des plats robustes et bien servis ! Plat le plus emblématique de la région, la choucroute garnie aussi dite royale est sans doute la spécialité qui résume au mieux notre appétence pour les nourritures riches et conséquentes. Avec son cortège de viandes et charcuteries – jambonneau, palette, lard et saucisses de différentes sortes dont les fameuses knacks – la choucroute doit davantage ses lettres de noblesse à son opulence qu’à ses atouts diététiques. Pourtant, l’ingrédient principal auquel elle doit son

Entre la blonde mirabelle et la brune quetsche, mon coeur balance. Je craque autant pour l’une que pour l’autre. Les deux prunes se volent tour à tour la vedette pour être en haut de l’affiche, faire la une de mes gourmandises. Je ne m’en plains pas mais c’est ma balance qui s’affole. Faut vraiment que j’y aille mollo sur les tartes et gâteaux.  J’arrête pas de lire des trucs sur la soupe, comme quoi c’est pas seulement bon pour les vitamines, les minéraux et tout ça, mais qu’en plus, c’est

A chaque rentrée, Salomé, Oscar et moi avons notre petit rituel. Pas question pour moi ce jour-là de les récupérer après la garderie ou l’étude. Je suis bien trop impatiente de recueillir leurs premières impressions. Je les cherche donc dès la cloche sonnée et une fois rentrés à la maison, nous réalisons des gâteaux ensemble. Ou plutôt, ils font des gâteaux et je supervise les opérations. Certes, la cuisine finit un peu par ressembler à un champ de bataille, mais ce moment de partage privilégié vaut bien le petit sacrifice

Les enfants ont repris le chemin de l’école ce matin. Et comme à chaque rentrée, mon coeur s’est serré. Pourtant, il y a quelques jours encore, j’étais impatiente d’y être, de vivre ce jour qui sonne enfin le glas des solutions de garde et activités diverses que je me suis donné un mal fou à organiser cet été pour vivre ensuite le calvaire de devoir quasiment y traîner mes enfants de force, le sursis des chamailleries incessantes entre frère et soeur, la fin des parties de Uno, Tarot et Dooble

Je crois que j’ai eu mon compte de tarte aux mirabelles cet été. Et même si je ne m’en lasse pas et que je pourrais objectivement m’en délecter tous les jours, un petit instrument tyrannique au verdict sans appel me lorgne depuis le plancher de la salle de bains. « Shame, shame, shame »… Son murmure sarcastique souffle un vent de panique dans mon esprit. Devrai-je expier pour mes péchés ? Eprouver le jeûne, vivre l’indigence alimentaire, subir la disgrâce de mon jean moulant préféré qui portera aux yeux et aux vues

Avec ou sans flan, telle est la question, l’éternel débat qui divise les amateurs de tarte, convaincus, d’un côté comme de l’autre, de détenir la vérité absolue ! Il y a les adeptes de la tarte aux fruits, sans fioritures aucunes, pour lesquels le moindre ajout de crème ou de sucre relève du crime de lèse-majesté. Gare à ceux qui commettent l’outrage de noyer le fruit dans le flan ! Surtout qu’ils se gardent bien de répandre le bruit de leur méfait, car l’opprobre et la honte seraient assurément jetées

1 2 3 20 Page 1 sur 20

Ne manquez pas une miette du site, abonnez-vous à ma newsletter ! (confidentialité garantie)

Merci et à bientôt.

Powered byRapidology

Mon apéro qui décoiffe

Mon apéro qui décoiffe

Remplissez le formulaire ci-dessous
pour télécharger mon livret de recettes apéritives qui fleurent bon l'Alsace !