Posts in Category

Entrée

Il suffit parfois d’un infime détail pour sublimer un plat banal du quotidien. Tout comme un accessoire original associée à une tenue maintes et maintes fois portées vous la fera regarder sous un angle nouveau et lui rendra son attrait des débuts. Vous connaissez la soupe de butternut par coeur tant vous l’avez mise au menu de vos repas cet hiver ? Celle que vous adorez pourtant en vient presque à devenir fade à vos yeux ? J’ai imaginé pour vous, enfin pour elle (la soupe de butternut) le petit

Le tourbillon des fêtes s’est éclipsé et a emporté avec lui 2017 pour laisser place à une année toute neuve, toute belle, toute vierge, aussi immaculée qu’une page blanche à écrire. A ce stade, 2018 est l’année de tous les possibles ! Reste à savoir ce que nous en ferons mais aussi de découvrir ce que la vie nous réservera, car tout ne dépend pas évidemment que de nos intentions et de notre bonne volonté. Bien évidemment, le moment est propice aux fameuses bonnes résolutions, car tant qu’à écrire une

  Le plat de Fleischschnacka aux champignons et saveurs orientales que je vous propose aujourd’hui me tient tout particulièrement à coeur. Et pour cause, je l’ai imaginé dans le cadre d’un magnifique projet de dîner à 6 mains avec Joël Philipps, chef (1 étoile au guide Michelin) du restaurant le Cerf à Marlenheim et Elisabeth Biscarrat, fondatrice de Macarons et Inspirations et gagnante de Masterchef saison 2. Tout est parti de notre participation en tant que jury à l’émission Chefs à bord Junior diffusée sur Alsace 20 cet automne. Cette

Je ne suis pas une grande fan de rillettes de poisson. Du moins, je ne l’étais pas… avant de goûter aux exquises rillettes au saumon de mon amie Réjane Candela, dont le blog Food for love regorge de pépites culinaires.  C’est donc une recette largement inspirée de la sienne que je vous propose aujourd’hui. Elle est d’une simplicité déconcertante et pourtant le résultat n’est absolument pas à l’aune de l’effort déployé. Comme quoi, inutile de chercher midi à quatorze heures ! Les choses les plus simples sont souvent les meilleures. Je

Je ne sais pas pour vous, mais avec le changement d’heure, les variations de températures et la luminosité en baisse, j’accuse une fatigue dont j’ai du mal à me défaire depuis quelques jours (semaines ?).  Bon il faut dire que j’ai aussi eu un emploi du temps assez chargé ces dernières semaines et que mon régime alimentaire n’a pas été des plus équilibrés. Aurais-je abusé de Käsekuchen aux pommes caramélisées  (J’en ai fait 3 en une semaine) ou de Käsestreuselkuchen à la mangue  ? A ma décharge, il faut bien que

L’hiver semble bel et bien poindre le bout de son nez en Alsace. Les températures ont dégringolé assez soudainement. Et puis, il y a d’autres signes qui ne trompent pas, indiquant formellement et sans équivoque l’approche inexorable de la froide saison. Winter is coming… Et vous pouvez me croire sur parole, je ne vous raconte pas de salade. Car les seules salades que je vous propose ici sont de celles qui se dégustent de plein gré et non de celles qu’on veut vous faire avaler. Pour preuve, les arbres s’effeuillent

Serais-je monomaniaque ? Quand je m’amourache d’un aliment, je deviens un brin obsessionnelle. Donc, la réponse est très certainement oui ! Est-ce grave docteur, si la choucroute crue nourrit très régulièrement mes pensées et alimente mes envies comme bon nombre de mes idées culinaires ? J’espère bien que cette obsession n’est pas le reflet d’une quelconque pathologie sous-jacente. Car si c’était le cas, il se pourrait bien que mon cas relève de la psychiatrie. Heureusement, si folie il y a, je me console en me disant qu’elle est douce. Car

Pour ceux qui suivent ce blog, peut-être avez-vous déjà été mis dans la confidence, je voue un véritable culte à la salade. Si je m’écoutais, je pourrais en manger tous les jours, midi et soir ! Mais bien-entendu, pas question d’imposer ce rythme à ma famille et notamment à mon mari, qui n’a pas eu d’autre choix que d’y prendre goût (mais pas au point d’en faire une religion non plus). Donc, je me réfrène tout en m’autorisant ce petit plaisir régulièrement. C’est une option tellement pratique quand on manque

Ce n’est pas glamour, je sais, mais je voue une affection sans borne au munster. Combien même il détient haut la main, la palme du plus puant des fromages, il reste cher à mes papilles… et à mon coeur ! Sa puissante odeur ne me rebute pas. Je dirais même que j’en suis venue à la trouver d’abord tolérable, puis à force de la côtoyer, presque adorable. Et oui, quand on aime vraiment, on finit par chérir jusqu’aux défauts de l’être convoité. Les effluves de munster, qui en incommodent plus

En Alsace, on aime manger ! Et on mange avec appétit des plats robustes et bien servis ! Plat le plus emblématique de la région, la choucroute garnie aussi dite royale est sans doute la spécialité qui résume au mieux notre appétence pour les nourritures riches et conséquentes. Avec son cortège de viandes et charcuteries – jambonneau, palette, lard et saucisses de différentes sortes dont les fameuses knacks – la choucroute doit davantage ses lettres de noblesse à son opulence qu’à ses atouts diététiques. Pourtant, l’ingrédient principal auquel elle doit son

1 2 3 8 Page 1 sur 8

Ne manquez pas une miette du site, abonnez-vous à ma newsletter ! (confidentialité garantie)

Merci et à bientôt.

Powered byRapidology