Posts in Category

Recettes anti-gaspi

A l’approche du week-end, voici une petite idée de bouchée gourmande qui aura le mérite de ravir les papilles de vos convives au moment de l’apéro tout en évitant à vos verts de poireaux le bien triste destin d’agoniser au fin fond d’un sac poubelle. La cuisine anti-gaspi, c’est un peu d’astuce , d’espièglerie… (Nan, ça c’est la vie de Candy) et de bonne volonté. Avant de soulever le couvercle de la poubelle, posons-nous toujours la question de savoir si ce geste est bien nécessaire et s’il n’y a pas moyen d’offrir une seconde

Vous avez laissé tomber un Munster aux oubliettes ? Avant de vous rendre compte qu’il s’ennuyait ferme au fin fond de votre réfrigérateur, votre fromage bien-aimé a eu tout le loisir de développer sa légendaire puissance olfactive et il tire maintenant une tronche pas possible ? Pas de panique, il n’y a aucune raison pour qu’il termine ses jours tragiquement à la poubelle ! Voici une recette parfaite pour recycler un Munster trop fait, (mais qui fonctionne aussi avec un fromage encore digne de ce nom )! Un pur délice avec que des produits

J’adore le Munster et pour moi un bon plateau de fromages doit forcément inclure cet odorant spécimen. Enfin, sa présence reste la bienvenue tant qu’il ne franchit pas un certain seuil de puissance olfactive.  S’il devient trop exubérant,  le Munster est privé de plateau… Mais pas forcément de sortie ! Quand il devient trop coulant et menace de se carapater, dépassant clairement les bornes, je le transforme en crème. Cette dernière a le don d’adoucir son fort tempérament sans pour autant le mettre en camisole. Dernièrement, j’ai intégré cette crème de Munster à une soupe de carottes

Pour ceux qui suivent un peu ce blog, vous n’ignorez sans doute pas mon aversion pour le gaspillage alimentaire et avez peut-être vu passer l’une ou l’autre recette anti-gaspi. Un des moyens de lutter à son niveau contre le gâchis est de recycler les restes. Plutôt que de manger plusieurs fois d’affilée le même plat, finir par se lasser et le jeter à la poubelle, rien de tel que de lui réinventer une seconde vie ! C’est non seulement chouette pour les papilles mais aussi pour les méninges. La contrainte induit souvent les conditions

Après une recette salée de tartine de foie gras exotique, voici une douceur qui pourrait parfaitement clore un dîner de Saint-Valentin. Pour être honnête avec vous, je ne suis pas vraiment une adepte de cette fête. Je ne vois pas pourquoi le Dieu Commerce aurait voix au chapitre de ma relation amoureuse et me dicterait quel est le jour tout indiqué pour la mettre à l’honneur (et ruiner mon compte en banque pour couvrir d’attentions et de cadeaux mon bien-aimé). Ceci dit, je conçois aussi qu’on puisse se saisir du prétexte du calendrier pour casser

Plus je cuisine et plus je me retrouve avec des restes ou des produits en fin de vie qu’il me faut recycler afin d’éviter le gaspillage. Il m’arrive aussi de sur-estimer la capacité des estomacs de mes convives et notamment de sur-évaluer la quantité de pain nécessaire pour la soirée. C’est ainsi que je me suis retrouvée récemment avec 500g de baguettes dures comme du béton à écouler. Hors de question de balancer tout ce pain rassis à la poubelle ! J’ai une sainte horreur du gaspillage alimentaire. Et quand il m’arrive

Il m’arrive régulièrement de préparer un plat familial et de voir trop grand, beaucoup trop grand. En même temps, il y a des plats, comme la choucroute, le bäckeoffe ou le pot-au-feu qui s’envisagent difficilement en petites portions. Si chez moi personne ne se plaindra (ou n’osera se plaindre) de faire deux repas sur le même plat, c’est une franche levée de boucliers si je m’aventure à reposer la marmite une troisième fois sur la table. Je n’ai donc pas d’autre choix que celui de ruser (hors de question pour moi de

Les fêtes de fin 2016 sont bel et bien révolues mais n’empêche que chez nous c’est un peu Noël, tout au long de l’année. Il faut dire que les bredele ont comme un goût de reviens-y. Pas vrai ? Les enfants me réclament tout le temps ces petits biscuits au format bien pratique à glisser dans leur sac d’école pour le goûter de 16h. Mais je crois que leur motivation relève autant du plaisir qu’ils ont à les manger que de celui qu’ils éprouvent à mettre la main à la pâte. Dernièrement,

Voilà, c’est fait. Je me suis enfin attaquée à la réalisation des Fleischschnaka. Il était grand temps ! D’autant que mon mari pourtant ancré en Alsace depuis sa naissance n’en avait jamais goûté. Autant vous dire que si, tout comme lui, vos papilles n’ont pas encore rencontré cette spécialité alsacienne, vous êtes passé à côté de l’essentiel ! Oui, oui, c’est fort triste ! Vous rendez-vous compte : faire l’impasse sur le plus exquis et raffiné des plats alsaciens (à mon sens : je n’ai évidemment pas le monopole du bon goût mais

Le Bettelmann, une recette anti-gaspi inventée par nos grands-mères Deux baguettes entamées mais délaissées au profit d’un bon pain tout frais, un Männele unijambiste et un autre décapité s’ennuyant ferme depuis 3 jours au fond d’un sachet, quelques pommes vieillissantes dont la peau commence à friper… Mais que faire de ce petit monde tout rassis ? Un Bettelmann pardi ! Un quoi ? Un bé-teul-man ! Bon, un mendiant si vous préférez… En Alsace, comme partout, nos grands-mères cuisinaient malin. La nourriture était trop précieuse pour terminer à la poubelle. Aussi,  on inventait une deuxième vie aux restes,

1 2 Page 1 sur 2
logo-jvvc-vide

Ne manquez pas une miette du site, abonnez-vous à ma newsletter ! (confidentialité garantie)

Merci et à bientôt.

Powered byRapidology

Mon apéro qui décoiffe

Mon apéro qui décoiffe

Remplissez le formulaire ci-dessous
pour télécharger mon livret de recettes apéritives qui fleurent bon l'Alsace !