Posts in Category

végétarien

J’adore le moment de l’apéro. Moins formel que le repas à table,  il autorise toutes les fantaisies culinaires et se prête tout particulièrement au mélange des genres : tartinades, verrines, toasts, bouchées, cuillères, sucettes… Toutes les formes, tous les styles et tous les panachages sont permis. Même ces savoureuses et originales empanadas de choucroute dont l’inspiration se situe quelque part entre l’Amérique latine, l’Alsace et la cuisine Vegan ! Pour moi qui aime picorer et goûter à tout mais aussi imaginer de nouvelles saveurs, l’apéro, c’est du pain béni. Du coup, quand

La saison des asperges tire à sa fin en Alsace. Et si l’asperge a régulièrement été mise à l’honneur sur ce blog, il manquait encore à ce jour à mon palmarès de recettes à base d’asperge, celle des fameuses asperges aux trois sauces, indiscutablement la plus appréciée et consommée en Alsace. Je comble donc aujourd’hui cette lacune, grâce à Antoinette de Knackwiller, la plus illustre des employées municipales alsaciennes (même françaises, voire planétaires, intersidérales en fait), qui a accepté de partager sur ce blog la recette de la spécialité de

Depuis que j’ai réalisé mon premier chinois salé façon tarte flambée, l’obsession me guette. Je me prends à rêver de Schneckekueche à tous les parfums possibles et imaginables. Heureusement, que je suis loin d’avoir converti, toutes les idées qui m’ont traversé la tête en recettes testées et dégustées, car à l’heure qu’il est je serais bien plus tétanisée encore par l’approche de la cruelle et redoutable saison du bikini. Ceci dit, j’ai mis d’autres plans à exécution… et la simple prononciation du mot « maillot de bain » m’épouvante, me paralyse, me

Risotto de printemps Temps béni du printemps qui nous gâte tant De pépiantes mélodies en cui-cuis d’oiseaux, En symphonie de verts chahutés par le vent… La nature se déploie et chante son renouveau En délices et caresses à mettre sous la dent, En collerettes et rouges charnus et croquants, En tiges sublimes qui ont, à fleur de peau, La promesse exquise d’un énième ravissement.     Mes papilles disent merci au Printemps, Temps délicieux et béni des gourmands… Qu’ajouter à cet hymne à la prodigieuse saison Sinon que le risotto

Pour ceux qui suivent ce blog, vous avez peut-être remarqué que j’y suis un peu moins assidue ces derniers temps. Ce n’est pourtant pas faute d’élaborer de nouvelles recettes. Je me consacre en effet pleinement à la création de mon premier livre de cuisine qui devrait voir le jour mi-octobre. C’est un projet passionnant que j’ai l’immense plaisir de partager avec mon amie Francesca Gariti en charge des photographies. Pour l’instant, nous en sommes encore au stade de la réalisation des recettes et nous enchaînons les prises de vue. Un

Le printemps est une saison fabuleuse. La nature s’extirpe du sommeil hivernal avec une vitalité extraordinaire. Comme si après des longs mois de mise en sourdine, elle avait sa revanche à prendre sur la grisaille et le froid. Fini le mutisme forcé de la froide saison, la nature reprend la parole sans ménagement, vocifère une rage de vie qui s’exprime jusque dans ses plus infimes bourgeons. Le printemps alsacien signe aussi un merveilleux renouveau pour les papilles. Dès la fin de l’hiver, je me prends à rêver d’ail des ours,

Dans chaque famille, il y a des recettes fétiche qui s’invitent très régulièrement à table et dont on ne se lasse pas. Leur compagnie est toujours attendue avec beaucoup d’enthousiasme. C’est une routine dont on ne prend pas ombrage mais dont on se réjouit car elle a la saveur d’une belle et heureuse promesse. On sait que le bonheur gustatif sera immanquablement au rendez-vous ! Et chaque nouvelle programmation au menu est une petite fête dont les papilles se délectent à l’avance ! Chez nous, les käseknepfle sont en passe

Si vous vous êtes récemment baladé(e) en forêt, il est fort probable qu’ une odeur entêtante d’ail ait titillé vos narines. C’est le début de la saison de l’ail des ours. Particulièrement friand des endroits humides et ombragés, il pousse généralement en forêt et/ou à proximité des petits cours d’eau. Cette année, l’ail des ours est sorti en force. Je n’en ai pas cru mes mirettes en me balançant du côté du jardin de Pourtalès, au début de la forêt de la Wantzenau, tant il s’est déployé sur d’immenses étendues. C’est

En Alsace, pas de fêtes de Pâques sans le traditionnel et délicieux Lämmele (aussi appelé Lamala, Lammele ou Osterlammele), un irrésistible et adorable agneau proposé, non pas dans les boucheries mais dans les pâtisseries alsaciennes. Ouf, voici une bête qu’on peut dévorer toute entière sans aucun état d’âme ! (A moins de suivre un régime vegan qui proscrit les oeufs…). Réalisé à partir d’une pâte à génoise cuite dans un moule traditionnel en terre cuite, le Lämmele fait l’unanimité ravissant les papilles des petits comme des grands. La recette traditionnelle

En Alsace, la patate a la cote ! On la retrouve en vedette des fameuses grumbeerekiechle (galettes), en star du roïgebrageldi, en fiancée indissociable du bibeleskaes, en protagoniste incontournable du traditionnel baeckeoffe, en invitée permanente de la choucroute. Et elle sert de base à nombre de spécialités comme les Grumbeereknepfle (sortes de gnocchis) ou les buwespätzle (sortes de quenelles). Et si pour changer un peu, on lui substituait de temps à autre la patate douce, qui combine à la fois les vertus d’un féculent au fort pouvoir rassasiant et les

1 2 3 7 Page 1 sur 7

Ne manquez pas une miette du site, abonnez-vous à ma newsletter ! (confidentialité garantie)

Merci et à bientôt.

Powered byRapidology