Posts in Category

Dessert

Il y a des recettes qui me filent la banane. Pas forcément des recettes à la banane d’ailleurs. Dès lors qu’il y a abondance, opulence, voire exubérance, mon coeur se met en liesse et la vie me paraît irrémédiablement radieuse. Rien de plus galvanisant qu’un compteur calorique frisant l’indécence ! Il annonce un précieux instant de lâcher-prise, où plus rien ne compte que le plaisir extatique de céder à la gourmandise. Ce n’est pas raisonnable ? Tant mieux, la dégustation n’en sera que meilleure ! Et je prendrai un malin

Vous aimez le cake, vous êtes fan de tarte au fromage blanc et vous ne résistez pas à un bon streusel ? Alors, vous allez à coup sûr raffoler de ma dernière création : le Käsestreuselkuchen, un gâteau hybride qui combine chacune de ces trois gourmandises. Après une toute première mouture à la pomme, j’ai eu envie d’une version un peu plus exotique à la mangue. Et oui, quand un gâteau me plaît, il finit par obséder toutes mes pensées. Je deviens un brin mono-maniaque ! Je ne peux m’empêcher

Depuis que j’ai fait entrer dans notre vie le Gesundheitskuchen (qui une fois traduit donne Gâteau de santé en Français), nous affichons tous une forme olympique ! Non, je plaisante… Ce gâteau dont les recettes varient au gré des familles et des envies n’est autre qu’un banal cake dont les vertus sanitaires n’ont encore jamais été prouvées, ni même énoncées d’ailleurs. Donc, je vous mentirais si je vous disais que le Gesunheitskuchen a eu un quelconque effet sur notre bien-être général. A vrai dire, un(e) nutritionniste digne de ce nom

Käsestreuselkuchen… Mais qu’est-ce donc encore que cette appellation tarabiscotée ? Prononcez Kaise-chtreuillesseul-kouren…  Après le Crazy Streusel, me voici récidivant avec une douceur tout aussi folle, sortie une nouvelle fois de mon imagination (débordante dès lors qu’il s’agit d’assouvir mon insatiable gourmandise). Le Käsestreuselkuchen est un extravagant et délicieux compromis entre le cake, le streusel et le gâteau au fromage blanc (käsekuchen). A vrai dire, j’étais tout-à-fait persuadée d’avoir inventé le nom comme le concept de mélange des genres pour me rendre compte grâce à des commentaires postés sur ma page Facebook qu’un gâteau assez similaire

Insatiable de quetsche je suis ! Et complètement addict au sucre aussi ! Je le confesse : pas un jour ne passe sans que je ne craque pour une petite douceur. Le sucre pourtant longtemps adulé et même promu auprès de la population comme un carburant indispensable à la vie est aujourd’hui décrié. Inutile du point de vue nutritif et même clairement désigné comme le grand coupable, l’instigateur sournois des pires maladies de notre siècle dont le diabète et le cancer, le sucre raffiné est devenu un ennemi à combattre.

La compote de pommes est un grand classique en Alsace, et même, aux côtés de l’indispensable potage, l’accompagnement incontournable de nombre de nos recettes traditionnelles. Au temps de nos parents et grands-parents, le dîner était souvent organisé autour de spécialités comme les Dampfnüdle (pain gonflés à la vapeur), les Grumbeerekiechle (galettes de pommes de terre) ou encore les Griesknepfle (gnocchi de semoule alsaciens). Des mets simples, consistants et bon marché qui, associés à la compote de pommes, réveillent aujourd’hui de délicieux souvenirs d’enfance pour bien des Alsaciens ! La compote

Oui, je sais, j’avais dit que j’irai mollo sur les tartes et les gâteaux… Mais que voulez-vous, je suis faible, sans résistance aucune à la tentation ! Il faut dire la saison de la quetsche n’est pas franchement la saison idéale pour ouvrir le chapitre des bonnes résolutions en matière de régime alimentaire. D’autant que les jolies prunes ont une durée de vie très éphémère et que c’est le moment ou jamais d’en profiter ! Autant laisser tomber les promesses solennelles faites à moi-même que je suis sûre et certaine

Entre la blonde mirabelle et la brune quetsche, mon coeur balance. Je craque autant pour l’une que pour l’autre. Les deux prunes se volent tour à tour la vedette pour être en haut de l’affiche, faire la une de mes gourmandises. Je ne m’en plains pas mais c’est ma balance qui s’affole. Faut vraiment que j’y aille mollo sur les tartes et gâteaux.  J’arrête pas de lire des trucs sur la soupe, comme quoi c’est pas seulement bon pour les vitamines, les minéraux et tout ça, mais qu’en plus, c’est

Je crois que j’ai eu mon compte de tarte aux mirabelles cet été. Et même si je ne m’en lasse pas et que je pourrais objectivement m’en délecter tous les jours, un petit instrument tyrannique au verdict sans appel me lorgne depuis le plancher de la salle de bains. “Shame, shame, shame”… Son murmure sarcastique souffle un vent de panique dans mon esprit. Devrai-je expier pour mes péchés ? Eprouver le jeûne, vivre l’indigence alimentaire, subir la disgrâce de mon jean moulant préféré qui portera aux yeux et aux vues

Avec ou sans flan, telle est la question, l’éternel débat qui divise les amateurs de tarte, convaincus, d’un côté comme de l’autre, de détenir la vérité absolue ! Il y a les adeptes de la tarte aux fruits, sans fioritures aucunes, pour lesquels le moindre ajout de crème ou de sucre relève du crime de lèse-majesté. Gare à ceux qui commettent l’outrage de noyer le fruit dans le flan ! Surtout qu’ils se gardent bien de répandre le bruit de leur méfait, car l’opprobre et la honte seraient assurément jetées

1 2 3 4 5 11 Page 3 sur 11