Posts in Category

Entrée

Voici une idée de salade tout en fraîcheur pour profiter des vertus de la choucroute crue, dont j’ai déjà fait à plusieurs reprises l’apologie sur ce blog ! La choucroute crue mériterait en effet d’être bien plus couramment consommée tant ses bienfaits pour la santé sont légions. Grâce au processus de lacto-fermentation mis en oeuvre pour transformer le chou en choucroute, la choucroute crue est notamment très riche en probiotiques, ces bactéries qui nous veulent du bien, connues pour régénérer et rééquilibrer notre flore intestinale. Si vous voulez en savoir plus sur

Connaissez-vous les Fleischschnacka, ces délicieux “escargots à la viande” (c’est la traduction littérale) généralement préparés avec des restes de viande de pot-au-feu ? Cette recette est une pure merveille et je crois bien qu’elle figure dans le top 3 de mes spécialités culinaires alsaciennes préférées. Quand un plat me plaît, il peut vite virer à l’obsession. Cela fait un moment que j’imagine toutes sortes de déclinaisons de ces exquis roulés au hachis de boeuf… avec du poulet, du foie gras, des légumes… Bref, avec tout… sauf du boeuf ! En même temps,

Lionel Hunckler, un ambassadeur culinaire de talent pour la Maison Feyel Chef de cuisine passionné, Lionel Hunckler exprime depuis maintenant sept années son amour de la gastronomie et son talent créatif chez Feyel, la plus fameuse des maisons de foie gras alsaciennes. Rencontre avec un professionnel épanoui qui a manifestement trouvé sa voie ! Lionel Hunckler a beau avoir fait ses armes auprès des plus grands noms de la gastronomie alsacienne, il ne regrette aucunement son choix d’avoir quitté l’univers des restaurants gastronomiques pour rejoindre le monde de la production agro-alimentaire. Pourtant,

La choucroute, tout le monde connaît. Mais, il faut bien dire que ce légume fermenté, reste très souvent cantonné, à jouer la vedette dans le fameux plat traditionnel qui porte son nom ou, tout au plus, à faire office d’accompagnement pour une viande ou un poisson. Or ce trésor nutritionnel cultivé et préparé en Alsace gagnerait à être intégré bien plus couramment à notre alimentation. En effet, je vous en déjà rebattu les pupilles sur ce blog ( ici notamment), la choucroute crue est un super-aliment bourré de vitamines, oligo-éléments et probiotiques.

Si je ne me lasse pas de savourer les asperges telles qu’elles sont traditionnellement proposées dans nos restaurants alsaciens avec différentes sauces (mousseline, mayonnaise, vinaigrette), j’aime néanmoins le changement et la diversité. Je vote pour le droit de bousculer les habitudes et faire sauter les frontières.  Je milite en faveur de la rencontre des terroirs et de leur traditions. J’aspire à une identité culinaire forte et néanmoins ouverte sur le monde, à la fois riche de ses fondamentaux et de ses découvertes. Bref, la cuisine est, pour moi, tout sauf figée. Elle pousse à la curiosité, engage à s’inspirer

C’est la pleine saison des asperges et des rhubarbes en Alsace. J’adore ces deux tiges et j’avais envie de les acoquiner depuis un moment. Je n’avais jamais cuisiné la rhubarbe pour en faire l’actrice d’un plat salé mais j’étais assez convaincue qu’elle serait à la hauteur ce rôle inédit. Je me suis donc lancée dans un scénario original, invitant l’asperge à lui donner la réplique et le délicieux magret de canard fumé de la fameuse maison alsacienne Feyel  à venir sceller l’union du couple printanier. Quelques indispensables seconds rôles ont aussi été distribués, pour

Quand j’étais petite, j’avais une aversion pour la betterave : la seule et unique que connaissent généralement les enfants, vendue cuite et sous-vide dans les supermarchés et proposée en cubes imprégnés de vinaigrette à la cantine. Et puis un jour, j’ai rencontré une betterave à l’état naturel. J’ai croqué un morceau cru et là, comme dans la pub pour un certain yaourt, mon visage qui exprimait auparavant une mine de répugnance à l’égard de ce légume, s’est soudain illuminé ! Depuis, j’aime le caractère bien trempé de la betterave et sa saveur à la

C’est la pleine saison des asperges en Alsace. Et les asperges, ça me botte ! Je pourrais en manger tous les jours. Bon j’avoue, j’en mange quasiment tous les jours. Cela en fait des bottes et des bottes et encore des bottes… mais aussi des épluchures, des épluchures, et encore des épluchures ! Et aussi des talons, des talons et encore des talons machinalement balancés à la poubelle ! Alors que non, le jeter d’épluchures n’est pas un sport homologué et devrait même être banni de notre gestuelle. Mais les habitudes ont la vie

Les asperges sont en Alsace ce que les mirabelles sont en Lorraine : une indéniable fierté régionale ! La saison est courte, deux mois tout au plus. La présence des asperges sur les étals et à la carte des restaurants a, de ce fait, la saveur des moments longtemps attendus. On s’en régale d’autant plus qu’on sait leur compagnie furtive. Et on n’hésite pas à les mettre au menu très régulièrement, voire à en abuser ! Et voilà qui tombe bien, car l’Asperge blanche d’Alsace se consomme sans modération. Elle pousse de manière 100%

A l’arrivée des beaux jours, notre estomac nous réclame des nourritures plus légères et colorées. Le printemps s’installe aussi dans nos assiettes, moment idéal pour faire le plein de vitamines et nutriments qui boostent l’énergie et le moral ! Depuis quelques temps, je suis devenue une adepte de la choucroute crue, vénérée par les diététiciens et nutritionnistes. Ce super-aliment, qui doit ses propriétés au process de lacto-fermentation qui permet de transformer le chou en choucroute est un véritable trésor nutritionnel.  La choucroute crue regorge de vitamine C, B et E, d’enzymes, de minéraux, de

1 2 3 4 5 9 Page 3 sur 9