Posts in Category

Plat

Risotto de printemps Temps béni du printemps qui nous gâte tant De pépiantes mélodies en cui-cuis d’oiseaux, En symphonie de verts chahutés par le vent… La nature se déploie et chante son renouveau En délices et caresses à mettre sous la dent, En collerettes et rouges charnus et croquants, En tiges sublimes qui ont, à fleur de peau, La promesse exquise d’un énième ravissement.     Mes papilles disent merci au Printemps, Temps délicieux et béni des gourmands… Qu’ajouter à cet hymne à la prodigieuse saison Sinon que le risotto

Voilà maintenant deux ans passés que j’ai dédié ce blog à l’Alsace gourmande et je n’avais toujours pas publié de recette de Flammekueche ( à l’exception de cette version miniature pour l’apéro). Il était grand temps de remédier à cette lacune ! Car la Flammekueche ou tarte flambée en Français, est sans doute la spécialité culinaire la plus populaire en Alsace. Bon marché et conviviale, elle fait le bonheur des petits comme des grands.  Tout le monde ou presque l’adore ! D’autant qu’on peut faire varier les garnitures à l’infini.

Avez-vous déjà eu vent du Buddha bowl ? Ce plat tout-en-un bien connu des foodistas consiste à réunir dans un grand bol de quoi constituer un repas complet, sain, nutritif, équilibré et… gourmand. Très apprécié des vegans, il est généralement composé de céréales, légumes et oléagineux. Mais les omnivores y ajoutent volontiers une protéine animale et n’ont aucune raison de bouder leur plaisir de l’agrémenter d’un morceau de fromage, de viande ou de poisson. L’avantage avec le buddha bowl, c’est que chacun fait ce qui lui plaît ! Ce n’est

Le printemps est une saison fabuleuse. La nature s’extirpe du sommeil hivernal avec une vitalité extraordinaire. Comme si après des longs mois de mise en sourdine, elle avait sa revanche à prendre sur la grisaille et le froid. Fini le mutisme forcé de la froide saison, la nature reprend la parole sans ménagement, vocifère une rage de vie qui s’exprime jusque dans ses plus infimes bourgeons. Le printemps alsacien signe aussi un merveilleux renouveau pour les papilles. Dès la fin de l’hiver, je me prends à rêver d’ail des ours,

Dans chaque famille, il y a des recettes fétiche qui s’invitent très régulièrement à table et dont on ne se lasse pas. Leur compagnie est toujours attendue avec beaucoup d’enthousiasme. C’est une routine dont on ne prend pas ombrage mais dont on se réjouit car elle a la saveur d’une belle et heureuse promesse. On sait que le bonheur gustatif sera immanquablement au rendez-vous ! Et chaque nouvelle programmation au menu est une petite fête dont les papilles se délectent à l’avance ! Chez nous, les käseknepfle sont en passe

Si vous vous êtes récemment baladé(e) en forêt, il est fort probable qu’ une odeur entêtante d’ail ait titillé vos narines. C’est le début de la saison de l’ail des ours. Particulièrement friand des endroits humides et ombragés, il pousse généralement en forêt et/ou à proximité des petits cours d’eau. Cette année, l’ail des ours est sorti en force. Je n’en ai pas cru mes mirettes en me balançant du côté du jardin de Pourtalès, au début de la forêt de la Wantzenau, tant il s’est déployé sur d’immenses étendues. C’est

En Alsace, la patate a la cote ! On la retrouve en vedette des fameuses grumbeerekiechle (galettes), en star du roïgebrageldi, en fiancée indissociable du bibeleskaes, en protagoniste incontournable du traditionnel baeckeoffe, en invitée permanente de la choucroute. Et elle sert de base à nombre de spécialités comme les Grumbeereknepfle (sortes de gnocchis) ou les buwespätzle (sortes de quenelles). Et si pour changer un peu, on lui substituait de temps à autre la patate douce, qui combine à la fois les vertus d’un féculent au fort pouvoir rassasiant et les

Rien de tel qu’un bon plat mijoté pour régaler ses amis ! En plus d’être facile, cette option est ultra-conviviale. Déposer une cocotte au centre de la table est assurément une promesse de délectation, de générosité et de partage. Un geste qui invite d’emblée les convives à se mettre à leur aise. Cet osso bucco mijoté au vin blanc d’Alsace est idéal pour régaler une tablée de potes sans pour autant dépenser une énergie folle en cuisine. Pour l’accompagner, des légumes ou pommes de terre rôtis au four seront parfaits.

Voici une recette d’épaule de porc laquée proposée par Johann Grillot, Chef gérant du restaurant de l’entreprise Mahle France à Rouffach pour le compte de L’Alsacienne de Restauration.  Passionné par son métier, Johann Grillot a côtoyé les grands noms de la gastronomie alsacienne avant de faire le choix de la restauration collective à l’âge de 21 ans. Depuis, le jeune chef a gravi les échelons et s’épanouit au sein de son entreprise dont il partage la philosophie et les valeurs. Elu meilleur Chef de restauration collective en 2016 (concours EGAST),

Oh un boeuf bourguignon sur un blog dédié à la cuisine alsacienne ? Mais Leïla où as-tu donc la tête ? Bon j’avoue mon esprit s’est quelque peu égaré au-delà des frontières de mon Alsace bien-aimée. L’envie de rendre hommage au boeuf Bourguignon, un de mes péchés mignons, a eu raison de mon exclusive dévolution aux gourmandises de ma région. Que voulez-vous ? Je suis absolument fan de ce plat mijoté, généreux et gourmand, plus appréciable encore au coeur de l’hiver, quand nos papilles sont en quête de saveurs réconfortantes.

1 2 3 4 5 18 Page 3 sur 18