Posts in Category

Pour le goûter

La rhubarbe est de retour en Alsace et, cette merveilleuse tige acidulée s’apprête à se faire régulièrement une place dans mon garde-manger ! Pour inaugurer la saison, j’ai fait ultra- simple : un gâteau streusel pomme et rhubarbe enrichi de poudre d’amandes et agrémenté de vanille. J’aurais pu me contenter de la rhubarbe mais les pommes de mon panier à fruit ont été délaissées par mes enfants ces derniers temps au point de devenir toutes fripées. Et pas question de les laisser flétrir jusqu’au point de non retour ! Je

J’ai un véritable penchant pour les desserts de grand-mère. Ils ont ce-ne-je-sais-quoi qui les rend bien plus attractifs à mes yeux que le plus raffiné et sophistiqué des desserts. A choisir entre une pâtisserie élaborée et un gâteau basique, c’est généralement pour moi le goût de la simplicité qui l’emporte. “Les choses simples sont souvent les meilleures”. Je souscris pleinement à cet adage populaire, si souvent vérifié. Et ce délicieux cake au citron n’est pas fait pour démentir le dicton. Bien au contraire ! On peut difficilement faire plus simple

Dès que Mardi gras approche, les beignets envahissent les étals des boulangeries-pâtisseries et les friteuses turbinent dans les foyers alsaciens. Ici, les traditions sont sacrées et les fêtes inscrites au calendrier sont très respectées (du moins, les rituels culinaires qui leur sont liés). Et comme, les variétés de beignets sont légions, on tient le bon prétexte pour en déguster plusieurs variétés durant la courte saison des fêtes de carnaval. Je vous ai déjà proposé sur ce blog les fameux schankala ou schenckele, sans doute les plus connus, les Hirtzhernle, une

Au menu du blog aujourd’hui, j’ai prévu des bonnets de moine. Et oui, c’est le bon moment pour sortir les bonnets ! Pas ceux qu’on enfonce sur la tête pour avoir moins froid aux oreilles, mais ceux qui rappellent à nos papilles émoustillées que Noël n’est plus bien loin.  Et oui, en Alsace les festivités démarrent bien avant le 25 décembre. Dès la mi-novembre, l’échéance est dans tous les esprits, et pas seulement, dans celui des enfants obnubilés par la perspective des cadeaux. C’est qu’en Alsace, la période de l’Avent

Comment vivre en Alsace et ne pas être gourmand ? Ma région est sans doute une des plus tentatrices du monde. Voilà près de 3 ans que j’explore le terroir et le patrimoine culinaire alsaciens et je n’en viens toujours pas à bout, loin de là ! A chaque fois que je découvre une de nos spécialités culinaires (dernière en date : ce Zemetkueche,  je tire sur un fil qui déroule derrière lui une longue traîne de nouvelles recettes à tester et saveurs à déguster.   Ainsi, je ne compte pas

Le carrot cake fait partie de mes péchés mignons ! Aussi, je n’ai pas pu m’empêcher de faire subir à mon Gesundheitskuchen une petite métamorphose pour le rendre plus aimable encore à mon goût ! La carotte détient ce pouvoir à ce que l’on dit. Et après avoir dégusté mon gâteau alsacien façon carrot cake, je ne peux que le confirmer. Vive la carotte ! Ceci dit, il me faut rendre justice aux autres protagonistes qui n’ont pas démérité et ont incontestablement joué leur rôle pour faire de mon Gesundheitskuchen

J’ai mordu dans une brioche de Rosheim ou Ropfkueche pour la première fois, il y a un peu plus de deux ans grâce à mon amie Tania, qui vit à Boersch, un village voisin.  Et quelle fabuleuse découverte ! De toutes les spécialités à base de pâte levée typiquement alsaciennes – et il y en a légions : kougelhopf, männele, streusel,  schneckekueche, schneckekueche, langhopf, zemetkueche, stollen, bienentisch, … – je crois que la brioche de Rosheim occupe désormais la toute première place dans mon coeur de gourmande. J’en suis tombée raide dingue amoureuse

La saison des mirabelles et des quetsches en Alsace est une source d’inspiration intarissable. Je ne saurais dire si je préfère la blondinette ou la brunette . Elles sont autant l’une que l’autre et tour à tour, le fruit de mes obsessions culinaires. Et l’idée de leur dire à nouveau adieu jusqu’à l’année prochaine n’est pas sans provoquer chez moi un petit pincement de coeur. Pour remédier à ce sentiment de nostalgie naissant, il y a fort heureusement quelques parades culinaires permettant de prolonger les retrouvailles, voire de les faire

Je ne suis pas très confiture et je ne l’ai jamais été. Par contre, je suis fan de Linzertorte et de mirabelles. Et comme pour faire une bonne Linzertore, il faut une bonne confiture… Voici malgré tout sur ce blog une recette de confiture de mirabelles  ! Je l’ai préparée à l’ancienne, en faisant mariner les fruits dans le sucre pendant toute une nuit et j’ai utilisé du sucre de cannes complet en moindre proportion par rapport aux fruits.( 500g de sucre de cannes pour 1kg de mirabelles au lieu

Décidément, j’ai l’obsession du mélange des genres, la manie du deux voire du trois-en-un, le toc de l’hybridité. En témoigne ce gâteau aux mirabelles à mi-chemin entre le Gesundheitskuchen (cake alsacien) et le Käsekuchen (tarte au fromage blanc), qui vient compléter ma liste de spécialités hybrides pour l’instant composée de mes Crazy Streusel, mes Käsekuchen à mi-chemin entre la tarte aux fruits et la tarte au fromage blanc et mes Käsestreuselkuchen. Est-ce grave docteur ? Si je ne suis pas en mesure d’appréhender les conséquences de cette monomamie gourmande et de

1 2 3 12 Page 1 sur 12