Posts in Category

Pour le goûter

J’ai mordu dans une brioche de Rosheim ou Ropfkueche pour la première fois, il y a un peu plus de deux ans grâce à mon amie Tania, qui vit à Boersch, un village voisin.  Et quelle fabuleuse découverte ! De toutes les spécialités à base de pâte levée typiquement alsaciennes – et il y en a légions : kougelhopf, männele, streusel,  schneckekueche, schneckekueche, langhopf, zemetkueche, stollen, bienentisch, … – je crois que la brioche de Rosheim occupe désormais la toute première place dans mon coeur de gourmande. J’en suis tombée raide dingue amoureuse

La saison des mirabelles et des quetsches en Alsace est une source d’inspiration intarissable. Je ne saurais dire si je préfère la blondinette ou la brunette . Elles sont autant l’une que l’autre et tour à tour, le fruit de mes obsessions culinaires. Et l’idée de leur dire à nouveau adieu jusqu’à l’année prochaine n’est pas sans provoquer chez moi un petit pincement de coeur. Pour remédier à ce sentiment de nostalgie naissant, il y a fort heureusement quelques parades culinaires permettant de prolonger les retrouvailles, voire de les faire

Je ne suis pas très confiture et je ne l’ai jamais été. Par contre, je suis fan de Linzertorte et de mirabelles. Et comme pour faire une bonne Linzertore, il faut une bonne confiture… Voici malgré tout sur ce blog une recette de confiture de mirabelles  ! Je l’ai préparée à l’ancienne, en faisant mariner les fruits dans le sucre pendant toute une nuit et j’ai utilisé du sucre de cannes complet en moindre proportion par rapport aux fruits.( 500g de sucre de cannes pour 1kg de mirabelles au lieu

Décidément, j’ai l’obsession du mélange des genres, la manie du deux voire du trois-en-un, le toc de l’hybridité. En témoigne ce gâteau aux mirabelles à mi-chemin entre le Gesundheitskuchen (cake alsacien) et le Käsekuchen (tarte au fromage blanc), qui vient compléter ma liste de spécialités hybrides pour l’instant composée de mes Crazy Streusel, mes Käsekuchen à mi-chemin entre la tarte aux fruits et la tarte au fromage blanc et mes Käsestreuselkuchen. Est-ce grave docteur ? Si je ne suis pas en mesure d’appréhender les conséquences de cette monomamie gourmande et de

Les recettes les plus simples sont souvent les meilleures ! J’ai toujours été convaincue des vertus de la simplicité en cuisine. Et ce gâteau aux myrtilles n’est pas pour me faire changer d’avis. J’ai repris la recette de base de mon Gesundheitskuchen (une simple pâte à cake), remplacé le lait par du yaourt nature, incorporé des myrtilles (enfin plutôt des myrtilles de culture produites en Alsace, donc des bleuets si on veut appeler un chat un chat). Et voilà !   Qu’ajouter de plus ? Pas grand chose… pas plus

Depuis que j’ai fait mon premier Gesundheitskuchen façon marbré au chocolat, les enfants me le réclament en permanence. Quelle que soit la variante que je leur propose, la réponse est toujours la même : non, nous, on veut un gâteau Savane ! Du coup, ils m’infligent une véritable punition. Moi qui adore tripatouiller mes recettes dans tous les sens pour composer de nouvelles saveurs, me voilà contrainte à m’en tenir à une seule et unique et répétitive version. Alors cette fois-ci, je n’ ai pas attendu mes enfants pour qu’ils

Que serait la vie sans gâteau ? Je n’ose même pas l’imaginer. Cette perspective suffit à me plonger dans la désolation. Le monde ne serait assurément plus le même. Il y manquerait une part immense de joie, de futilité et d’insouciance. Il manquerait des Pierre Hermé, des Christine Ferber, des Christophe Felder. Il manquerait Gat’ô la fabuleuse pâtisserie strasbourgeoise sans lactose de mon amie Sarah Abitan. Il manquerait des goûters joyeux, des bougies d’anniversaire, des étincelles de bonheur dans les yeux des gourmands. Il manquerait des parenthèses de douceur pour

Pour ceux qui suivent ce blog, vous avez peut-être remarqué que j’y suis un peu moins assidue ces derniers temps. Ce n’est pourtant pas faute d’élaborer de nouvelles recettes. Je me consacre en effet pleinement à la création de mon premier livre de cuisine qui devrait voir le jour mi-octobre. C’est un projet passionnant que j’ai l’immense plaisir de partager avec mon amie Francesca Gariti en charge des photographies. Pour l’instant, nous en sommes encore au stade de la réalisation des recettes et nous enchaînons les prises de vue. Un

En Alsace, pas de fêtes de Pâques sans le traditionnel et délicieux Lämmele (aussi appelé Lamala, Lammele ou Osterlammele), un irrésistible et adorable agneau proposé, non pas dans les boucheries mais dans les pâtisseries alsaciennes. Ouf, voici une bête qu’on peut dévorer toute entière sans aucun état d’âme ! (A moins de suivre un régime vegan qui proscrit les oeufs…). Réalisé à partir d’une pâte à génoise cuite dans un moule traditionnel en terre cuite, le Lämmele fait l’unanimité ravissant les papilles des petits comme des grands. La recette traditionnelle

Vous avez bien envie de vous lancer dans la confection de beignets maison pour mardi-gras mais vous n’avez ni le temps, ni la motivation pour vous aventurer dans la réalisation d’une pâte levée ? J’ai déniché dans un livre de Suzanne Roth la recette de beignets alsaciens qu’il vous faut : pas de temps de repos au réfrigérateur, ni de temps de pousse. La pâte est prête en deux temps trois mouvements. Elle est aussitôt étalée et découpée à l’emporte-pièce. Puis les formes sont plongées dans un bain de friture et

1 2 3 12 Page 1 sur 12