Posts in Category

Recettes anti-gaspi

Si vous suivez ce blog, vous avez peut-être remarqué que j’y propose pas mal de recettes anti-gaspi. Et pour cause, si hier encore, le réchauffement climatique pouvait être perçu comme une vague alerte susceptible de menacer notre survie dans un avenir lointain, la pointe de cette épée de Damoclès est aujourd’hui posée sur nos cuirs chevelus ! Nous avons tous un rôle à jouer pour mettre un sérieux coup de frein à la surenchère de consommation qui épuise les ressources de notre planète. Mais par quoi commencer ? Stop au gaspillage

Les fleischkiechle sont à l’Alsace, ce que les keftedes sont à la Grèce, les boles de Picolat à la Catalogne, les boulets à la Belgique, les kaftas au Moyen-Orient, les polpettes à l’Italie… Bref, chaque pays ou région a ses boulettes ! Et nous n’échappons pas en Alsace, à cette tradition culinaire universelle. Sauf que nos boulettes sont des galette, fleischkiechle signifiant littéralement galette de viande. Mais pourquoi donc un tel engouement pour les boulettes, partout dans le monde ? Sans doute, parce qu’avec la boulette, on peut faire tout

L’exquise saison des courges a commencé depuis un moment en Alsace, quand bien même la météo persiste à démentir l’arrivée de l’automne ! J’aime toutes les variétés de courges (il en existe une tripotée et je n’en connais finalement que très peu). Mais parmi celles que j’ai l’habitude de cuisiner – principalement  l’estivale courgette, le potimarron, le potiron, la musquée de Provence, la courge muscade -, j’ai une petite préférence pour la Butternut et sa subtile saveur de noisette (que je classe en pôle position ex-aequo avec le potimarron). Tout récemment,

On imagine souvent de nouvelles recettes avec ce qui nous tombe sous la main. Ce Bettelmann aux cerises et au Nut’Alsace s’est imposé à moi comme une évidence face au stock de pain rassis monumental qui encombrait ma cuisine et continuait à enfler chaque jour à vue d’oeil. J’ai une sainte horreur du gaspillage alimentaire: impossible donc pour moi de jeter le moindre quignon de pain. Par contre, je suis assez longue à la détente. Du coup, l’accumulation de pain rassis peut vite devenir chez moi vertigineuse… et carrément encombrante.

Le tourbillon des fêtes s’est éclipsé et a emporté avec lui 2017 pour laisser place à une année toute neuve, toute belle, toute vierge, aussi immaculée qu’une page blanche à écrire. A ce stade, 2018 est l’année de tous les possibles ! Reste à savoir ce que nous en ferons mais aussi de découvrir ce que la vie nous réservera, car tout ne dépend pas évidemment que de nos intentions et de notre bonne volonté. Bien évidemment, le moment est propice aux fameuses bonnes résolutions, car tant qu’à écrire une

La période de Noël est particulièrement faste. On se réunit en grandes tablées. Et pour sustenter ses nombreuses convives, on se lance dans des préparations culinaires prolifiques. Souvent, on a les yeux plus gros que le nombre d’estomacs à satisfaire vraiment, et les restes de nourriture pourraient presque permettre de remettre le couvert pour autant de personnes.  Pour ne pas s’infliger un menu de réveillon à l’identique pendant plusieurs jours d’affilée (Combien même il a été exquis, il finira par vous sortir par les yeux !!!), c’est le moment de

Brrrr ! Le froid a gagné l’Alsace ! Et quand les organismes se mettent à lutter contre les premiers frimas, les estomacs réclament des nourritures réconfortantes. La nature est sacrément bien faite. Nul besoin de réprimer des envies de tomates-mozzarella, de melon ou de gaspacho andalou en ce moment ! Notre corps s’adaptant au climat, nous nous orientons tout naturellement vers des produits de saison. Je vous propose donc aujourd’hui une recette automnale qui devrait réchauffer vos papilles et vous procurer le plaisir escompté en ces temps tout frisquets !

Comment débuter cet article ? Me voilà prostrée devant une page blanche qui me semble bien trop étriquée pour contenir ce que j’aimerais vous raconter de Sarah Eddy. Il est des rencontres indicibles, qui vous emmènent bien plus loin que vous ne l’avez imaginé, dans un monde où les mots sont insuffisants pour dire l’intensité du moment. Sarah Eddy m’a d’emblée happée dans cet abîme d’émotions duquel on ne revient plus tout-à-fait le même. J’ai rendez-vous chez elle, dans sa jolie maison située dans la campagne savernoise, une après-midi de juin.

Le cordon bleu, tout le monde connaît mais on a plutôt tendance à le déguster au restaurant ou à l’acheter tout prêt. Pourtant, c’est très facile à faire et les enfants l’adorent. Bon, je vous l’accorde, ce n’est pas un plat irréprochable du point de vue diététique. Entre le fromage et la panure dorée à l’huile, le cordon bleu a même de quoi faire fuir les traqueurs de gras et les stakhanovistes du light ! Mais, c’est tellement bon, qu’on peut bien se faire plaisir de temps en temps, non ? Et

C’est la pleine saison des asperges en Alsace. Et les asperges, ça me botte ! Je pourrais en manger tous les jours. Bon j’avoue, j’en mange quasiment tous les jours. Cela en fait des bottes et des bottes et encore des bottes… mais aussi des épluchures, des épluchures, et encore des épluchures ! Et aussi des talons, des talons et encore des talons machinalement balancés à la poubelle ! Alors que non, le jeter d’épluchures n’est pas un sport homologué et devrait même être banni de notre gestuelle. Mais les habitudes ont la vie

1 2 3 Page 1 sur 3