Posts in Category

Recette

Comment vivre en Alsace et ne pas être gourmand ? Ma région est sans doute une des plus tentatrices du monde. Voilà près de 3 ans que j’explore le terroir et le patrimoine culinaire alsaciens et je n’en viens toujours pas à bout, loin de là ! A chaque fois que je découvre une de nos spécialités culinaires (dernière en date : ce Zemetkueche,  je tire sur un fil qui déroule derrière lui une longue traîne de nouvelles recettes à tester et saveurs à déguster.   Ainsi, je ne compte pas

J’ai un souvenir impérissable du gratin de chou-fleur de la cantine, noyé dans la béchamel et accompagné d’oeufs durs. Un trauma culinaire pour un nombre incalculable d’enfants qui, devenus adultes, entretiennent toujours et encore avec le chou-fleur une relation tumultueuse, entre réticence, affection teintée d’appréhension et phobie pure et dure. Pour ma part, j’avoue avoir toujours aimé, pour ne pas dire adoré le gratin de chou-fleur. Là où la plupart de mes camarades appréhendait le gratin de chou-fleur annoncé au menu du jour comme une punition sadique infligée à leurs

Le carrot cake fait partie de mes péchés mignons ! Aussi, je n’ai pas pu m’empêcher de faire subir à mon Gesundheitskuchen une petite métamorphose pour le rendre plus aimable encore à mon goût ! La carotte détient ce pouvoir à ce que l’on dit. Et après avoir dégusté mon gâteau alsacien façon carrot cake, je ne peux que le confirmer. Vive la carotte ! Ceci dit, il me faut rendre justice aux autres protagonistes qui n’ont pas démérité et ont incontestablement joué leur rôle pour faire de mon Gesundheitskuchen

Je voue un culte à la salade d’endives, et à la salade tout court comme 99,99 % des filles ! J’écrirais bien une thèse sur le sujet mais je manque de temps et… d’arguments. Pourquoi donc ce goût inné des femmes pour le végétal ? Je n’ai toujours pas percé le mystère… Peut-être est-ce dû à la grande délicatesse, qui nous caractérise et nous distingue de nos congénères masculins à l’instinct plus carnassier ? Oh la la, je vois déjà grimacer au moins un métro-sexuel vegan à la mèche soigneusement

L’exquise saison des courges a commencé depuis un moment en Alsace, quand bien même la météo persiste à démentir l’arrivée de l’automne ! J’aime toutes les variétés de courges (il en existe une tripotée et je n’en connais finalement que très peu). Mais parmi celles que j’ai l’habitude de cuisiner – principalement  l’estivale courgette, le potimarron, le potiron, la musquée de Provence, la courge muscade -, j’ai une petite préférence pour la Butternut et sa subtile saveur de noisette (que je classe en pôle position ex-aequo avec le potimarron). Tout récemment,

Voici des galettes de viande (fleischkiechle) que j’ai eu l’occasion de proposer tout récemment lors d’une soirée événementielle et qui ont remporté un vif succès auprès de mes dégustateurs ! Je suis d’autant plus heureuse de partager avec vous la recette aujourd’hui qu’elle figure dans mon tout premier livre de cuisine. Je saisis donc le prétexte de cette recette de galettes de viande alsaciennes aux saveurs orientales délicieusement accompagnées d’un bibeleskaes au citron confit et au safran pour vous présenter mon livre, dont la sortie est prévue le 18 octobre

L’emblématique choucroute  des Alsaciens vient d’obtenir l’IGP, Indication Géographique Protégée, une certification européenne, qui protège la dénomination contre toute usurpation. La Choucroute d’Alsace peut enfin revendiquer, sans réserve, son appartenance au territoire. Et le consommateur a aujourd’hui la garantie absolue de l’origine alsacienne de la choucroute qui portera la mention “ Choucroute d’Alsace ”. Qu’est ce que ce sigle de 3 lettres peut bien changer, vous demandez-vous peut-être ? L’IGP n’est assurément pas un gadget, ou une fioriture. L’obtention de ce label, fruit de 20 années de travail approfondi et

Les produits du terroir sont une merveilleuse source d’inspiration. Aussi, je ne me lasse pas d’arpenter les rayons des magasins qui mettent en avant les producteurs alsaciens pour y puiser de nouvelles idées culinaires. Comme j’habite au centre ville de Strasbourg, je fréquente surtout la Nouvelle Douane et Mon oncle Malker de Munster. Et c’est en faisant mes courses dans ces deux magasins récemment qu’est née l’idée de ces champignons farcis avec des légumes d’Alsace et un succulent chorizo de canard de la maison Doriath, et gratinés avec du Mussiger Schwizerkas

J’ai mordu dans une brioche de Rosheim ou Ropfkueche pour la première fois, il y a un peu plus de deux ans grâce à mon amie Tania, qui vit à Boersch, un village voisin.  Et quelle fabuleuse découverte ! De toutes les spécialités à base de pâte levée typiquement alsaciennes – et il y en a légions : kougelhopf, männele, streusel,  schneckekueche, schneckekueche, langhopf, zemetkueche, stollen, bienentisch, … – je crois que la brioche de Rosheim occupe désormais la toute première place dans mon coeur de gourmande. J’en suis tombée raide dingue amoureuse

Les journées de septembre ont souvent en Alsace un parfum d’été qui s’incruste et peine à tirer sa révérence. Le soleil est généreux, l’atmosphère douce et agréable. Si le quotidien n’était pas rythmé par les horaires de bureaux et les cloches des écoles, on pourrait se croire encore et toujours au coeur de l’été (la canicule en moins). Pourtant, l’automne n’est pas loin et viendra assurément chasser la belle saison. Bientôt, il faudra faire nos adieux aux tomates, courgettes, poivrons, aubergines, concombre, fenouil… et composer nos assiettes autour du potiron,

1 2 3 4 39 Page 2 sur 39