Posts in Category

sans gluten

Vous avez envie d’un dessert gourmand et néanmoins léger qui ne pèsera pas plus sur votre conscience que sur votre estomac ? Cette verrine fraise rhubarbe agrémentée de yaourt pourrait bien tomber à point nommé !  Je n’ai rien inventé en associant la rhubarbe à la fraise : la combinaison est gagnante à tous les coups ! Quant à l’ajout de yaourt, il n’est pas plus révolutionnaire. Mais la simplicité est souvent gage de délectation. Et si cette verrine fraise rhubarbe peut vous sembler sommaire, voire d’un ennui mortel, je

Cette fois, c’est bel et bien la dernière recette d’asperges que je vous propose en 2019. Enfin, si je parviens à ne pas récidiver ce week-end, ce dont je doute fort car mon amie Ben m’a ramené hier soir une botte épluchée, prête à l’emploi que je vais forcément cuisiner sans tarder. Mais avec un peu de chance, je n’aurai pas le temps de faire la photo du plat et vous serez épargné(e) d’une énième recette à base d’asperges.  Ceci dit, si tout comme moi, vous avez du mal à

On n’y pense pas toujours mais le chou-fleur se mange tout aussi bien cru que cuit. Et passé au mixeur, il ressemble à s’y méprendre à de la semoule. C’est donc le légume parfait pour se régaler d’un taboulé tout en fraîcheur qui conviendra tout particulièrement à celles et ceux qui mangent sans gluten ou surveillent leurs apports glucidiques.  Je n’ai pas résisté à la tentation d’agrémenter ce taboulé de chou-fleur, de quelques asperges crues, histoire de profiter pleinement de la saveur et des vertus de cette merveilleuse tige à

Me revoilà avec une recette de duo d’asperges ! Oui je sais, j’ai une fâcheuse tendance à devenir mono-maniaque pendant la saison des asperges. Et si je m’écoutais, je ne me nourrirais plus que de cette tige ô combien délicate dont la subtile saveur ensorcelle mes papilles, avides d’y regoûter encore et encore. En fait, je m’écoute. Un peu beaucoup. Pas au point d’en manger du matin au soir, mais suffisamment pour que l’asperge s’invite au moins à un de mes repas au quotidien. Oui, je vous le concède, c’est

La saison des asperges bat son plein en Alsace. Je suis tellement fan de cette drôle de tige que je pourrais sans souci en manger tous les jours. Bon j’avoue, j’en mange presque tous les jours. C’est mon péché mignon et la saison est si courte ! Ce n’est pas le légume le plus accessible en termes de prix, surtout si on s’approvisionne via les circuits classiques auprès des points de vente du centre ville notamment. Mais en direct de la ferme, il y a moyen de se faire plaisir

Grumbeerekiechle au potimarron… Il y a des mots qui ont à eux seuls le pouvoir d’invoquer le bonheur. Dites Grumbeerekiechle et laissez la magie opérer ! Si, si, le nom alsacien a beau être imprononçable, il porte en lui des promesses de délectation qui contrebalancent à coup sûr la rudesse du son produit en le disant. De toute façon, grumbeerekiechle ça ne se dit pas, ça se mange ! A peine le mot formulé dans l’esprit, avant même que l’idée n’ait eu le temps de s’acheminer jusqu’à la bouche et

Je vous propose aujourd’hui une recette anti-gaspi 100% végétale avec ce potimarron farci de verts de poireau et champignon et garni d’un streusel de noisettes et tempeh. Les légumes sont ma principale source d’inspiration en cuisine. Je les aime bien plus qu’un peu et même bien plus que beaucoup. Passionnément, peut-être même à la folie ! Les légumes offrent une étendue de possibles culinaires infinis : entre couleurs, textures, saveurs, mode de cuisson, etc…. On ne s’ennuie jamais avec eux. D’ailleurs, c’est à se demander pourquoi le terme légume a

Je voue un culte à la salade d’endives, et à la salade tout court comme 99,99 % des filles ! J’écrirais bien une thèse sur le sujet mais je manque de temps et… d’arguments. Pourquoi donc ce goût inné des femmes pour le végétal ? Je n’ai toujours pas percé le mystère… Peut-être est-ce dû à la grande délicatesse, qui nous caractérise et nous distingue de nos congénères masculins à l’instinct plus carnassier ? Oh la la, je vois déjà grimacer au moins un métro-sexuel vegan à la mèche soigneusement

L’exquise saison des courges a commencé depuis un moment en Alsace, quand bien même la météo persiste à démentir l’arrivée de l’automne ! J’aime toutes les variétés de courges (il en existe une tripotée et je n’en connais finalement que très peu). Mais parmi celles que j’ai l’habitude de cuisiner – principalement  l’estivale courgette, le potimarron, le potiron, la musquée de Provence, la courge muscade -, j’ai une petite préférence pour la Butternut et sa subtile saveur de noisette (que je classe en pôle position ex-aequo avec le potimarron). Tout récemment,

Les produits du terroir sont une merveilleuse source d’inspiration. Aussi, je ne me lasse pas d’arpenter les rayons des magasins qui mettent en avant les producteurs alsaciens pour y puiser de nouvelles idées culinaires. Comme j’habite au centre ville de Strasbourg, je fréquente surtout la Nouvelle Douane et Mon oncle Malker de Munster. Et c’est en faisant mes courses dans ces deux magasins récemment qu’est née l’idée de ces champignons farcis avec des légumes d’Alsace et un succulent chorizo de canard de la maison Doriath, et gratinés avec du Mussiger Schwizerkas

1 2 3 Page 1 sur 3