Dans chaque famille, il y a des recettes fétiche qui s’invitent très régulièrement à table et dont on ne se lasse pas. Leur compagnie est toujours attendue avec beaucoup d’enthousiasme. C’est une routine dont on ne prend pas ombrage mais dont on se réjouit car elle a la saveur d’une belle et heureuse promesse. On sait que le bonheur gustatif sera immanquablement au rendez-vous ! Et chaque nouvelle programmation au menu est une petite fête dont les papilles se délectent à l’avance ! Chez nous, les käseknepfle sont en passe d’entrer dans le cercle restreint de nos plats fétiche.  Ces...

Si vous vous êtes récemment baladé(e) en forêt, il est fort probable qu’ une odeur entêtante d’ail ait titillé vos narines. C’est le début de la saison de l’ail des ours. Particulièrement friand des endroits humides et ombragés, il pousse généralement en forêt et/ou à proximité des petits cours d’eau. Cette année, l’ail des ours est sorti en force. Je n’en ai pas cru mes mirettes en me balançant du côté du jardin de Pourtalès, au début de la forêt de la Wantzenau, tant il s’est déployé sur d’immenses étendues. [one_half padding= »0 2px 0 0″][/one_half][one_half_last padding= »0 0 0 2px »][/one_half_last] C’est donc...

Rien de tel qu’un bon plat mijoté pour régaler ses amis ! En plus d’être facile, cette option est ultra-conviviale. Déposer une cocotte au centre de la table est assurément une promesse de délectation, de générosité et de partage. Un geste qui invite d’emblée les convives à se mettre à leur aise. Cet osso bucco mijoté au vin blanc d’Alsace est idéal pour régaler une tablée de potes sans pour autant dépenser une énergie folle en cuisine. Pour l’accompagner, des légumes ou pommes de terre rôtis au four seront parfaits. A moins que vous ne préfériez jouer davantage  la carte...

Oh un boeuf bourguignon sur un blog dédié à la cuisine alsacienne ? Mais Leïla où as-tu donc la tête ? Bon j’avoue mon esprit s’est quelque peu égaré au-delà des frontières de mon Alsace bien-aimée. L’envie de rendre hommage au boeuf Bourguignon, un de mes péchés mignons, a eu raison de mon exclusive dévolution aux gourmandises de ma région. Que voulez-vous ? Je suis absolument fan de ce plat mijoté, généreux et gourmand, plus appréciable encore au coeur de l’hiver, quand nos papilles sont en quête de saveurs réconfortantes. Aussi, j’ai eu envie de partager avec vous ma version...

Il n’y a pas que le riz ou les pâtes pour tenir compagnie à vos pièces de viande, poissons et mijotés. Il y a les légumes aussi ! Oui mais les légumes, c’est un peu plus fastidieux à préparer. Il ne suffit pas de les jeter à l’eau bouillante et de les en ressortir 10 minutes plus tard pour espérer en tirer le meilleur parti. Les légumes sont un peu plus exigeants. Ils demandent à être épluchés (quoique s’ils sont « bio », un coup de brosse sous l’eau courante peut suffire), détaillés en morceaux, cuits à l’anglaise ou revenus à la...

Un gâteau poire chocolat ? Quel manque cruel d’originalité me direz-vous ! Ce à quoi je répondrai que vous avez entièrement raison ! Mais pourquoi réinventer le fil à couper le beurre quand celui-ci a déjà fait mille fois ses preuves ? Je revendique donc  aujourd’hui mon goût banal à pleurer pour les saveurs consensuelles et plus particulièrement mon penchant d’une platitude déconcertante pour le duo poire/chocolat. Ceci dit, le gâteau poire chocolat que je vous propose aujourd’hui n’est pas tout-à-fait ordinaire, ce qui excusera peut-être mon absence totale d’ambition concernant la recherche des saveurs. C’est un gâteau hybride trois-en-un...

Pour ceux qui ne connaissent pas l’Alsace, vous ne pouvez imaginer à quel point, il est difficile d’y vivre. Chaque jour est un combat à livrer contre la tentation de céder aux mille et un délices typiques de notre région. Franchement c’est un enfer ! Comment résister à un Kougelhopf tout frais, à une moelleuse bretzel, à une choucroute royalement garnie,  à un munster bien fait, à de savoureuses Fleischshnacka, aux spätzle,  knepfle et griespflutta, au croustillant du streusel, au bonheur de croquer dans une knack, à l’appel de la boîte à bredele, à la gourmandise du Käsekuchen… Et je m’arrête...

Vous aimez le cake, vous êtes fan de tarte au fromage blanc et vous ne résistez pas à un bon streusel ? Alors, vous allez à coup sûr raffoler de ma dernière création : le Käsestreuselkuchen, un gâteau hybride qui combine chacune de ces trois gourmandises. Après une toute première mouture à la pomme, j’ai eu envie d’une version un peu plus exotique à la mangue. Et oui, quand un gâteau me plaît, il finit par obséder toutes mes pensées. Je deviens un brin mono-maniaque ! Je ne peux m’empêcher de lui imaginer une kyrielles de variantes, histoire d’explorer pleinement...

Depuis que j’ai fait entrer dans notre vie le Gesundheitskuchen (qui une fois traduit donne Gâteau de santé en Français), nous affichons tous une forme olympique ! Non, je plaisante… Ce gâteau dont les recettes varient au gré des familles et des envies n’est autre qu’un banal cake dont les vertus sanitaires n’ont encore jamais été prouvées, ni même énoncées d’ailleurs. Donc, je vous mentirais si je vous disais que le Gesunheitskuchen a eu un quelconque effet sur notre bien-être général. A vrai dire, un(e) nutritionniste digne de ce nom classerait même ce gâteau dans la catégorie « à bannir » ou...

Käsestreuselkuchen… Mais qu’est-ce donc encore que cette appellation tarabiscotée ? Prononcez Kaise-chtreuillesseul-kouren…  Après le Crazy Streusel, me voici récidivant avec une douceur tout aussi folle, sortie une nouvelle fois de mon imagination (débordante dès lors qu’il s’agit d’assouvir mon insatiable gourmandise). Le Käsestreuselkuchen est un extravagant et délicieux compromis entre le cake, le streusel et le gâteau au fromage blanc (käsekuchen). A vrai dire, j’étais tout-à-fait persuadée d’avoir inventé le nom comme le concept de mélange des genres pour me rendre compte grâce à des commentaires postés sur ma page Facebook qu’un gâteau assez similaire existe depuis belle lurette dans certains pays de l’Est. [one_half...