Posts in Tag

Ail

Grumbeerekiechle au potimarron… Il y a des mots qui ont à eux seuls le pouvoir d’invoquer le bonheur. Dites Grumbeerekiechle et laissez la magie opérer ! Si, si, le nom alsacien a beau être imprononçable, il porte en lui des promesses de délectation qui contrebalancent à coup sûr la rudesse du son produit en le disant. De toute façon, grumbeerekiechle ça ne se dit pas, ça se mange ! A peine le mot formulé dans l’esprit, avant même que l’idée n’ait eu le temps de s’acheminer jusqu’à la bouche et

Les amis sont une merveilleuse source d’inspiration en cuisine. Samedi dernier, nous étions invités mon mari, les enfants et moi chez Franck et Sophie qui nous ont régalés avec de multiples accompagnements autour d’un barbecue, dont un succulent Tian de légumes. J’ai adoré l’idée très gourmande de Franck d’y ajouter de la mozzarella et des olives noires. Je me suis donc empressée de la lui piquer, en aménageant la recette avec le contenu de mon réfrigérateur, soit une majorité de produits du terroir alsacien. Parmi eux, du Munster blanc !

C’est un des plats mythiques de la gastronomie alsacienne, d’une simplicité presque déconcertante, mais tellement exquis ! On l’aime parce qu’il est facile, gourmand et sans chichi. C’est le genre de bonheur rustique, un brin régressif qui réveille de savoureux souvenirs d’enfance et dont une seule bouchée suffit à vous transporter dans un monde qui n’est que délice, douceur et réconfort. Sa recette a beau être rudimentaire – un simple mélange de fromage blanc et de crème additionné de condiments et accompagné de pommes de terre cuites à l’eau, sautées

Pour se régaler d’un repas familial simple et savoureux, rien de tel qu’un bon plat de pâtes ! Et pourtant, je dois vous avouer que j’ai longtemps été réfractaire à la “pasta”. Spaghetti, fusilli, penne rigatti, coquillettes, cannelloni… aucune variété ne trouvait grâce à mes papilles ! Sans doute, parce que dans ma famille, la générosité culinaire avait plutôt la saveur d’un plat de “mamma” maghrébine. J’ai été biberonnée aux tajines, aux couscous, à la pastilla et, quand pâtes il y avait (rarement),  c’était en ultime recours, la veille des courses de la semaine,

J’ai récemment dîné au restaurant Bistrot Coco, un établissement strasbourgeois tout-à-fait recommandable tant pour la qualité des plats servis que pour son atmosphère intimiste et chaleureuse. Je m’y suis notamment régalée de délicieuses pommes de terre et asperges sautées. Une bien belle idée d’accompagnement qui m’a tout de suite séduite et a refait surface dès que l’occasion s’est présentée !   Cette poêlée de pommes de terres et asperges s’est tout de suite imposée comme la compagne idéale des cordons bleus au munster que je m’apprêtais à réaliser pour alimenter ce site. Du coup, je vous

La nature n’est jamais aussi prolixe et généreuse qu’en été. Elle nous fait cadeau d’une profusion de fruits et légumes, autant de sources d’inspiration en cuisine qui permettent de varier les saveurs et les textures. Les potagers alsaciens ne sont jamais aussi colorés qu’en juillet ! C’est le moment de se faire plaisir avec les légumes du soleil comme la courgette, la tomate ou encore l’aubergine.

Aujourd’hui, pas envie, mais vraiment aucune envie de vous mettre aux fourneaux. C’est comme ça, il y a des jours, où on aimerait avoir recruté Mary Poppins ou mieux encore être dotée des pouvoirs de Samantha, notre sorcière bien-aimée, pour qu’en un claquement de doigt ou un plissement de narine la maison soit rangée, le linge repassé, les enfants baignés et de leur pyjama vêtus, la table joliment dressée et le dîner fin prêt. Malheureusement, la magie ne volera jamais à votre secours ! Par contre, cette recette de clafoutis de courgettes peut vraiment vous être utile en cas de crise de flemmardise aiguë…

Les beaux jours arrivent précocement cette année, et avec les premiers rayons qui invitent à abandonner écharpes et manteaux au placard, on a presque envie d’y remiser aussi les légumes qui ont garni nos assiettes tout l’hiver… Adieu très chers potirons et potimarrons qui avez offert votre chair douce et suave à mes soupes, gratins et potages. Adieu panais, carottes et navets qui avez égayé mes rôtis et cocottes. Au revoir, topinambours, céleris, poireaux et patates, vous m’avez bien régalée vous aussi.  Oui, vos saveurs exquises, mes papilles, épatâtes.