Posts in Tag

Alsace

Chef gérant de la maison de santé Amreso Bethel à Oberhausbergen, Alexandre Lopez est devenu en quelques années un des piliers de L’Alsacienne de Restauration. Et pourtant, rien ne semblait le prédestiner à un tel ancrage. Avant de larguer les amarres en Alsace, Alexandre Lopez, épris de voyage et de liberté, a longtemps navigué au gré de ses rencontres et opportunités. Formé au lycée hôtelier d’Illkirch, le jeune homme, épris de cuisine depuis toujours, se lance sur le marché de l’emploi en 1998 avec CAP, un BEP et un Bac pro en

Rien de tel qu’un bon plat mijoté pour régaler ses amis ! En plus d’être facile, cette option est ultra-conviviale. Déposer une cocotte au centre de la table est assurément une promesse de délectation, de générosité et de partage. Un geste qui invite d’emblée les convives à se mettre à leur aise. Cet osso bucco mijoté au vin blanc d’Alsace est idéal pour régaler une tablée de potes sans pour autant dépenser une énergie folle en cuisine. Pour l’accompagner, des légumes ou pommes de terre rôtis au four seront parfaits.

La restauration collective n’a pas toujours bonne presse… Pourtant, en rencontrant les acteurs de L‘Alsacienne de Restauration, j’ai découvert un univers très loin d’être sans saveur, ni couleur ! Bien au contraire, cette entreprise 100% alsacienne créée en 1978, dirigée par Eric Wolf et adossée au groupe Elior, réunit des professionnels passionnés et impliqués qui ont à coeur d’offrir à leurs convives, au quotidien, le goût des produits authentiques et le plaisir de se retrouver à table. Des valeurs qui engagent à dépasser les idées reçues pour découvrir et mieux connaître cet

Lui brille par sa discrétion, elle par sa délicatesse. Lui sublime les mets, elle magnifie les mots. Isabelle et Jean-Paul Bossée ont en commun le don d’enchanter le monde sans faire de bruit, chacun à l’aune de son talent. La vie les a fait se rencontrer.  Et, à les voir ensemble, on se dit que la vie est bien faite. Car leur union engendre harmonie, beauté et douceur. Ensemble, ils ont créé à Willgottheim La Cour de Lise, un havre de quiétude et de bonheur. Cette année, ils y fêtent les

En Alsace, on peut être jeune et néanmoins s’offrir le luxe de s’asseoir aux tables prestigieuses pour goûter à la cuisine des grands Chefs.  Les chefs et artisans réunis au sein de la fameuse association les Etoiles d’Alsace ont en effet pris le parti de gâter les jeunes gourmets en créant la Formule Jeunes, il y a 27 ans. Et le succès jamais démenti de cette opération a permis de la reconduire chaque année et de faire, depuis, bien des chanceux ! Formule Jeunes : un repas d’exception à prix

La compote de pommes est un grand classique en Alsace, et même, aux côtés de l’indispensable potage, l’accompagnement incontournable de nombre de nos recettes traditionnelles. Au temps de nos parents et grands-parents, le dîner était souvent organisé autour de spécialités comme les Dampfnüdle (pain gonflés à la vapeur), les Grumbeerekiechle (galettes de pommes de terre) ou encore les Griesknepfle (gnocchi de semoule alsaciens). Des mets simples, consistants et bon marché qui, associés à la compote de pommes, réveillent aujourd’hui de délicieux souvenirs d’enfance pour bien des Alsaciens ! La compote

Entre la blonde mirabelle et la brune quetsche, mon coeur balance. Je craque autant pour l’une que pour l’autre. Les deux prunes se volent tour à tour la vedette pour être en haut de l’affiche, faire la une de mes gourmandises. Je ne m’en plains pas mais c’est ma balance qui s’affole. Faut vraiment que j’y aille mollo sur les tartes et gâteaux.  J’arrête pas de lire des trucs sur la soupe, comme quoi c’est pas seulement bon pour les vitamines, les minéraux et tout ça, mais qu’en plus, c’est

A chaque rentrée, Salomé, Oscar et moi avons notre petit rituel. Pas question pour moi ce jour-là de les récupérer après la garderie ou l’étude. Je suis bien trop impatiente de recueillir leurs premières impressions. Je les cherche donc dès la cloche sonnée et une fois rentrés à la maison, nous réalisons des gâteaux ensemble. Ou plutôt, ils font des gâteaux et je supervise les opérations. Certes, la cuisine finit un peu par ressembler à un champ de bataille, mais ce moment de partage privilégié vaut bien le petit sacrifice

Les enfants ont repris le chemin de l’école ce matin. Et comme à chaque rentrée, mon coeur s’est serré. Pourtant, il y a quelques jours encore, j’étais impatiente d’y être, de vivre ce jour qui sonne enfin le glas des solutions de garde et activités diverses que je me suis donné un mal fou à organiser cet été pour vivre ensuite le calvaire de devoir quasiment y traîner mes enfants de force, le sursis des chamailleries incessantes entre frère et soeur, la fin des parties de Uno, Tarot et Dooble

Je crois que j’ai eu mon compte de tarte aux mirabelles cet été. Et même si je ne m’en lasse pas et que je pourrais objectivement m’en délecter tous les jours, un petit instrument tyrannique au verdict sans appel me lorgne depuis le plancher de la salle de bains. “Shame, shame, shame”… Son murmure sarcastique souffle un vent de panique dans mon esprit. Devrai-je expier pour mes péchés ? Eprouver le jeûne, vivre l’indigence alimentaire, subir la disgrâce de mon jean moulant préféré qui portera aux yeux et aux vues

1 2 3 4 15 Page 2 sur 15