Posts in Tag

Amandes

On n’y pense pas toujours mais le chou-fleur se mange tout aussi bien cru que cuit. Et passé au mixeur, il ressemble à s’y méprendre à de la semoule. C’est donc le légume parfait pour se régaler d’un taboulé tout en fraîcheur qui conviendra tout particulièrement à celles et ceux qui mangent sans gluten ou surveillent leurs apports glucidiques.  Je n’ai pas résisté à la tentation d’agrémenter ce taboulé de chou-fleur, de quelques asperges crues, histoire de profiter pleinement de la saveur et des vertus de cette merveilleuse tige à

La rhubarbe est de retour en Alsace et, cette merveilleuse tige acidulée s’apprête à se faire régulièrement une place dans mon garde-manger ! Pour inaugurer la saison, j’ai fait ultra- simple : un gâteau streusel pomme et rhubarbe enrichi de poudre d’amandes et agrémenté de vanille. J’aurais pu me contenter de la rhubarbe mais les pommes de mon panier à fruit ont été délaissées par mes enfants ces derniers temps au point de devenir toutes fripées. Et pas question de les laisser flétrir jusqu’au point de non retour ! Je

Il y a des gâteaux dont je ne me lasse pas. Le Gesundheitskuchen fait partie de ces classiques rudimentaires dont la base neutre permet d’imaginer toutes sortes de déclinaisons. Avec ce gâteau alsacien, dit gâteau de santé, impossible donc de tomber dans la monotonie ou la monochromie ! Ma dernière version aux framboises et à la pistache avaient conquis les papilles de toute la famille (excepté celles de ma petite Salomé qui ne jure que par la version gâteau Savane). Et avec la pléthore de fruits que nous offre la

Avez-vous déjà eu vent du Buddha bowl ? Ce plat tout-en-un bien connu des foodistas consiste à réunir dans un grand bol de quoi constituer un repas complet, sain, nutritif, équilibré et… gourmand. Très apprécié des vegans, il est généralement composé de céréales, légumes et oléagineux. Mais les omnivores y ajoutent volontiers une protéine animale et n’ont aucune raison de bouder leur plaisir de l’agrémenter d’un morceau de fromage, de viande ou de poisson. L’avantage avec le buddha bowl, c’est que chacun fait ce qui lui plaît ! Ce n’est

Le problème avec les biscuits de Noël alsaciens, communément appelés ici en Alsace, Bredele, bredala ou bredle, c’est qu’on n’en a jamais fait le tour ! Il en existe des centaines de variétés et leur nombre, tel l’univers en perpétuelle expansion, est exponentiel. Chacun y va de sa petite variante, s’amuse à imaginer une nouvelle saveur ou une forme originale, colporte sa recette à qui veut bien l’entendre. La dite recette finit par être dupliquée puis plébiscitée et c’est ainsi que la famille des bredele n’en finit pas de s’agrandir.

Un vaste débat fait rage chez nous depuis quelques jours, opposant deux camps diamétralement opposés. Et cette joute concerne une question de la plus haute importance, à savoir les variétés de bredele à mettre au programme de ma production 2016 (toujours pas bouclée à ce jour mais je ne désespère pas, il reste quelques jours avant Noël et je compte bien mettre les bouchées double). Mon mari ne jure que par les biscuits sophistiqués, selon lui bien plus gourmands. Les Spritz, butterbredele et autres sablés sont selon lui un déploiement d’efforts inutiles

La magie de Noël est de retour en Alsace et avec elle, un florilège de traditions gourmandes dont le charme intemporel opère immanquablement. Dans tous les foyers alsaciens ou presque, on s’attèle à la préparation des Bredele, ces délicieux petits biscuits du Noël alsacien, qui font patienter petits et grands en douceur jusqu’au réveillon du 24 décembre. Chaque année, c’est le même rituel. On commence d’abord par s’interroger quant aux choix des variétés à produire, on fait les courses en conséquence puis on organise des ateliers pâtisserie. Dans certaines familles, on

Encore une recette aux mirabelles aujourd’hui ! Et oui, je ne m’en cache pas la mirabelle est un de mes péchés mignons et vire un peu chez moi à l’obsession ! Si d’ailleurs j’échappe (de peu) à l’overdose, c’est uniquement parce que la saison est trop courte. Après la tarte et les financiers, voici donc le clafoutis ! Une gourmandise d’autant plus exquise qu’elle a été concoctée avec des mirabelles du jardin cueillies et offertes avec amour par mon amie Manylam ! Je vous invite à tester cette recette, qui en plus d’être

En Alsace, septembre est le mois des prunes, dont la durée de présence particulièrement éphémère sur les étals des marchés tend à me rendre un tantinet obsessionnelle, quelque peu mono-maniaque, voire un brin compulsive. La mirabelle et la quetsche d’Alsace s’immiscent dans toutes mes pensées culinaires et je finis par ne plus songer qu’en bichromie. Mes rêves sont bleus !  Non, ils sont jaunes ! Bleus puis jaunes, jaunes puis bleus. Ils oscillent entre doré et bleuté, passent de l’ocre au violet. Quand ce n’est pas en rond que je tourne c’est en ovale que

En Alsace, la saison estivale est assurément une bénédiction pour les gourmands. Le calendrier des fruits et légumes n’est jamais aussi prolixe, offrant notamment quelques spécimens fugaces, comme les fruits rouges. Ces derniers ont pour moi valeur de trésor. Plus sa saison est courte, plus le produit m’est précieux et plus j’ai plaisir à le déguster. Chez nous, la cerise est reine en ce moment et si je m’écoutais, elle serait de tous les plats. J’en ai trouvé de délicieuses à la Nouvelle douane, le magasin strasbourgeois qui vend exclusivement des produits

1 2 Page 1 sur 2