Posts in Tag

Basilic

L’hiver est la saison des nourritures réconfortantes par excellence, donc des plats plutôt roboratifs et servis bien chauds. C’est le temps des mijotés, soupes, ragoûts, potées, fondues, raclettes et gratins bien plus que celui des salades, ceviche, carpaccios, tartares et sashimis. Pour autant, pas moyen pour moi de faire totalement l’impasse sur le cru ! D’où cette recette de tartare de truite et mangue au coeur de l’hiver… Je ne sais pas pourquoi le cru me plaît tant. Est-ce parce que le goût des aliments est brut, moins dénaturé. Ou

Les journées de septembre ont souvent en Alsace un parfum d’été qui s’incruste et peine à tirer sa révérence. Le soleil est généreux, l’atmosphère douce et agréable. Si le quotidien n’était pas rythmé par les horaires de bureaux et les cloches des écoles, on pourrait se croire encore et toujours au coeur de l’été (la canicule en moins). Pourtant, l’automne n’est pas loin et viendra assurément chasser la belle saison. Bientôt, il faudra faire nos adieux aux tomates, courgettes, poivrons, aubergines, concombre, fenouil… et composer nos assiettes autour du potiron,

Quand je tiens une recette efficace, je ne la lâche plus ! Je finis immanquablement par lui en faire voir de toutes les couleurs !  Ces mini-pizzas d’aubergine sont tellement succulentes, faciles et rapides à faire qu’elles sont bien parties pour connaître le sort de ces plats impitoyablement et inlassablement triturés par mes soins ! Je les imaginées une première fois nappées d’oignons confits, de bleu d’Alsace et de noix. Et la version aux saveurs méditerranéennes que je vous propose aujourd’hui n’a pas tardé à suivre. Une recette à faire

Si vous vivez en Alsace ou cultivez un lien ténu avec cette région, vous connaissez forcément les Grumbeerekiechle. Les quoi ? Les Groum-bé-reu-kich-leu… N’ayez crainte cette spécialité alsacienne est bien plus facile à faire qu’à prononcer. Il s’agit tout bêtement de galettes de pommes de terre ! L’avantage avec les plats rudimentaires, c’est qu’ils peuvent très facilement être adaptés ou déclinés selon l’envie ou la contrainte du moment. De même qu’on peut choisir de réaliser une purée basique, à base de pommes de terre, de lait et de beurre ou

Il y a des jours, où même avec la meilleure volonté du monde, le temps fait cruellement défaut pour relever les manches et se mettre aux fourneaux. Et pourtant, il faudra bien passer à table à un moment ou à un autre. C’est sûr on peut toujours prendre son téléphone et appeler “A l’aide Pizza” ou “SOS malbouffe” à la rescousse… Mais si, la cadence infernale qui nous éloigne des fourneaux dure la semaine entière, je doute que les estomacs (et le portefeuille !) soumis à un régime de livraison quotidien en sortent tout-à-fait indemnes. Leçon

Pour se régaler d’un repas familial simple et savoureux, rien de tel qu’un bon plat de pâtes ! Et pourtant, je dois vous avouer que j’ai longtemps été réfractaire à la “pasta”. Spaghetti, fusilli, penne rigatti, coquillettes, cannelloni… aucune variété ne trouvait grâce à mes papilles ! Sans doute, parce que dans ma famille, la générosité culinaire avait plutôt la saveur d’un plat de “mamma” maghrébine. J’ai été biberonnée aux tajines, aux couscous, à la pastilla et, quand pâtes il y avait (rarement),  c’était en ultime recours, la veille des courses de la semaine,

Il fallait juste y penser ! Thierry Mulhaupt, le fameux pâtissier strasbourgeois, s’est emparé de la tradition ancestrale des bredele pour les décliner en version salée. Une idée lumineuse qui fera sans aucun doute l’unanimité ! Car qui n’aime pas les bredele, ces jolis petits biscuits de Noël, aux formes diverses et variées, qui font rimer fêtes de fin d’année avec partage et gourmandise ? Quand j’ai eu l’exquis petit livre de Thierry Mulhaupt entre les mains, Bredeles et autres apéritifs salés, récemment paru aux éditions baobab, j’ai d’emblée été gagnée par

Si je ne me lasse pas de savourer les asperges telles qu’elles sont traditionnellement proposées dans nos restaurants alsaciens avec différentes sauces (mousseline, mayonnaise, vinaigrette), j’aime néanmoins le changement et la diversité. Je vote pour le droit de bousculer les habitudes et faire sauter les frontières.  Je milite en faveur de la rencontre des terroirs et de leur traditions. J’aspire à une identité culinaire forte et néanmoins ouverte sur le monde, à la fois riche de ses fondamentaux et de ses découvertes. Bref, la cuisine est, pour moi, tout sauf figée. Elle pousse à la curiosité, engage à s’inspirer

Alors que le mois de septembre sonne généralement la mort de la saison estivale avec une météo maussade et pluvieuse, il fait un temps absolument radieux en Alsace. L’été est bel et bien là et ce n’est pas qu’une vue du calendrier ! Il flotte dans l’air comme un air de vacances prolongées et dans mes assiettes le soleil toscan continue à cogner. Salades caprese, pizzas, jambons et fromages italiens se sont souvent invités à notre table ces derniers temps. Du coup, l’Alsace et l’Italie se croisent dans mes plats comme avec ces pâtes alsaciennes préparées

La canicule est de retour à Strasbourg. Et ici, dès que le thermomètre grimpe au-delà de 30°C, on se sent aussi frais que des petits légumes à l’étuvée ! L’atmosphère est sensiblement la même que dans le panier d’une cocotte minute chauffée à bloc… Bref, on cuit à petit feu et on n’a plus qu’une idée en tête : se rafraîchir ! Ventilo, citronnade, repos, baignade… Toutes les parades sont bonnes éviter la surchauffe, y compris celle de n’absorber que du froid ! Je vous épargne donc mes recettes de baeckoffe ou de choucroute. Je

1 2 Page 1 sur 2