Posts in Tag

choucroute

L’année 2019 s’ouvre à nous comme une nouvelle page à écrire. C’est le moment des vœux et des bonnes résolutions. Aussi, je vous souhaite du fond du cœur une délicieuse année riche de tous les ingrédients qui participent au bonheur : la santé, l’amour, les joies du partage, de belles tablées, un plein épanouissement au travail, des rêves à concrétiser, un zeste de fantaisie et un brin d’audace pour oser oser, des découvertes et des apprentissages, le courage de tourner certaines pages, ce qu’il faut de sérénité pour vivre pleinement

L’exquise saison des courges a commencé depuis un moment en Alsace, quand bien même la météo persiste à démentir l’arrivée de l’automne ! J’aime toutes les variétés de courges (il en existe une tripotée et je n’en connais finalement que très peu). Mais parmi celles que j’ai l’habitude de cuisiner – principalement  l’estivale courgette, le potimarron, le potiron, la musquée de Provence, la courge muscade -, j’ai une petite préférence pour la Butternut et sa subtile saveur de noisette (que je classe en pôle position ex-aequo avec le potimarron). Tout récemment,

J’adore le moment de l’apéro. Moins formel que le repas à table,  il autorise toutes les fantaisies culinaires et se prête tout particulièrement au mélange des genres : tartinades, verrines, toasts, bouchées, cuillères, sucettes… Toutes les formes, tous les styles et tous les panachages sont permis. Même ces savoureuses et originales empanadas de choucroute dont l’inspiration se situe quelque part entre l’Amérique latine, l’Alsace et la cuisine Vegan ! Pour moi qui aime picorer et goûter à tout mais aussi imaginer de nouvelles saveurs, l’apéro, c’est du pain béni. Du coup, quand

Voici une recette d’épaule de porc laquée proposée par Johann Grillot, Chef gérant du restaurant de l’entreprise Mahle France à Rouffach pour le compte de L’Alsacienne de Restauration.  Passionné par son métier, Johann Grillot a côtoyé les grands noms de la gastronomie alsacienne avant de faire le choix de la restauration collective à l’âge de 21 ans. Depuis, le jeune chef a gravi les échelons et s’épanouit au sein de son entreprise dont il partage la philosophie et les valeurs. Elu meilleur Chef de restauration collective en 2016 (concours EGAST),

Ce n’est pas glamour, je sais, mais je voue une affection sans borne au munster. Combien même il détient haut la main, la palme du plus puant des fromages, il reste cher à mes papilles… et à mon coeur ! Sa puissante odeur ne me rebute pas. Je dirais même que j’en suis venue à la trouver d’abord tolérable, puis à force de la côtoyer, presque adorable. Et oui, quand on aime vraiment, on finit par chérir jusqu’aux défauts de l’être convoité. Les effluves de munster, qui en incommodent plus

Les Alsaciens ne sont pas perçus comme des modèles de vertu culinaire, bien au contraire ! On nous prête un coup de fourchette bien trop franc, la main lourde sur le gras comme sur le sel, un goût excessif pour les nourritures riches et robustes et un manque total d’appétence pour les aliments sains et légers. Bref, pour certains mangeurs de l’intérieur,  l’Alsacien est “diététiquement” incorrect et mériterait de prendre quelques leçons de bien manger. Les Alsaciens, rois de la malbouffe ? Certes, notre registre culinaire contient quelques non-sens nutritionnels. Tenez, la salade alsacienne, par exemple. Avouons que le choix du terme salade

Sans doute, avez-vous remarqué en faisant vos courses ces derniers jours, que les rayons des supermarchés font la part belle aux spécialités culinaires chinoises. Et pour cause, samedi 28 janvier, est le jour de la première nouvelle lune de l’année 2017, donc celui Nouvel an chinois. On fêtera la fin de l’année du singe et l’entrée dans l’année du Coq de feu. Voilà qui promet ! Placé sous l’énergie céleste du feu, 2017 (si l’on en croit les tabloïds féminins) pourrait bien s’annoncer quelque peu “incendiaire”, allumer les étincelles de

Quand Pokaa, le blog Strasbourgeois au ton désinvolte et décalé, annonce “-11°C dans ton slip” pour la journée, j’ai une envie soudaine de calories, de gras, de nourriture réconfortante. Je rêve d’un plat rustique qui tient au corps et réchauffe les papilles. Et en bonne Alsacienne que je suis, c’est une choucroute garnie bien roborative qui squatte maintenant mon esprit ! Mais pas n’importe laquelle. Je rêve de la meilleure choucroute du monde, du cosmos, de la galaxie, de l’univers. Je rêve de la choucroute de Mamie Faty (alias Mamie Couscous). Mamie Faty,

Le week-end est là, souvent synonyme de détente, de convivialité et d’apéros placés sous le signe du partage et de la gourmandise. J’aime tout particulièrement ce moment où l’on trinque avec ses convives, célébrant la joie de se retrouver et la perspective d’une belle soirée à passer ensemble. Pour accompagner cet instant festif, des petites bouchées maison sont toujours les bienvenues. Nul besoin de se lancer dans des préparations ultra-sophistiquées pour faire plaisir à ses invités ! La simplicité est d’ailleurs souvent la meilleure des alliées, comme avec ce petit cake à la choucroute

J’ai lancé la nouvelle formule de ce blog avec l’envie d’y mettre régulièrement à l’honneur des chefs alsaciens. Je tenais cependant à inaugurer cette nouvelle rubrique avec Matthieu Koenig. Car Matthieu est un peu mon mentor en cuisine, non seulement un chef au talent connu et reconnu par ses pairs, mais aussi un homme remarquable et apprécié de tous pour ses grandes qualités humaines. Le hasard a voulu que nous nous rencontrions dans le cadre du concours Chefs à bord auquel j’ai participé en 2014 (Pour en savoir plus, c’est ici). Il est

1 2 Page 1 sur 2