Posts in Tag

magret

Les fêtes approchent à grands pas et peut-être n’avez-vous pas encore définitivement tranché la question du menu pour le repas de Noël ou le réveillon de Nouvel an. La tendance est à la réalisation de plats uniques, simples et conviviaux servis dans leur ustensile de cuisson à même la table. Et comme nous avons, en Alsace, le bonheur de perpétuer la tradition d’un plat rustique mijoté dans le fameux moule fabriqué par les potiers de Soufflenheim, l’idée de ce baeckeoffe de canard s’est presque imposée d’elle-même. Enfin, elle m’a aussi

Les fleischkiechle sont à l’Alsace, ce que les keftedes sont à la Grèce, les boles de Picolat à la Catalogne, les boulets à la Belgique, les kaftas au Moyen-Orient, les polpettes à l’Italie… Bref, chaque pays ou région a ses boulettes ! Et nous n’échappons pas en Alsace, à cette tradition culinaire universelle. Sauf que nos boulettes sont des galette, fleischkiechle signifiant littéralement galette de viande. Mais pourquoi donc un tel engouement pour les boulettes, partout dans le monde ? Sans doute, parce qu’avec la boulette, on peut faire tout

Les fêtes approchent à grands pas. Et peut-être, n’avez-vous pas encore tout-à-fait tranché la question de votre menu de Noël ou de nouvel an ! Il y a bien-sûr l’option de la dinde ou du chapon pour un réveillon très traditionnel. Mais tout est bien évidemment permis et les agapes de fin d’année peuvent aussi être l’occasion de sortir des sentiers battus. Pourquoi pas vous régaler de cette savoureuse recette de magret de canard Rossini imaginée dans le cadre de mon partenariat avec la fameuse maison alsacienne Feyel ? Un plat idéal si vous prévoyez de n’être pas trop nombreux

On en rêvait depuis plusieurs semaines  des mois… Les vacances – moment béni (et trop rare) de déconnexion et d’évasion – sont enfin là ! Il s’agit de les savourer pleinement, car ce temps-là a très fâcheusement tendance à s’écouler à la vitesse de l’éclair. Alors exit le téléphone portable, l’ordinateur, Facebook et tous ces outils d’hyperconnexion qui nous imposent d’être reliés en permanence ! Je décroche, du moins je vais tenter de me sevrer (pour quelques jours) de cette aliénation consentie et assumée. Je vais laisser ce blog en jachère et m’en aller