Posts in Tag

Potimarron

Grumbeerekiechle au potimarron… Il y a des mots qui ont à eux seuls le pouvoir d’invoquer le bonheur. Dites Grumbeerekiechle et laissez la magie opérer ! Si, si, le nom alsacien a beau être imprononçable, il porte en lui des promesses de délectation qui contrebalancent à coup sûr la rudesse du son produit en le disant. De toute façon, grumbeerekiechle ça ne se dit pas, ça se mange ! A peine le mot formulé dans l’esprit, avant même que l’idée n’ait eu le temps de s’acheminer jusqu’à la bouche et

Je vous propose aujourd’hui une recette anti-gaspi 100% végétale avec ce potimarron farci de verts de poireau et champignon et garni d’un streusel de noisettes et tempeh. Les légumes sont ma principale source d’inspiration en cuisine. Je les aime bien plus qu’un peu et même bien plus que beaucoup. Passionnément, peut-être même à la folie ! Les légumes offrent une étendue de possibles culinaires infinis : entre couleurs, textures, saveurs, mode de cuisson, etc…. On ne s’ennuie jamais avec eux. D’ailleurs, c’est à se demander pourquoi le terme légume a

Il n’y a pas que le riz ou les pâtes pour tenir compagnie à vos pièces de viande, poissons et mijotés. Il y a les légumes aussi ! Oui mais les légumes, c’est un peu plus fastidieux à préparer. Il ne suffit pas de les jeter à l’eau bouillante et de les en ressortir 10 minutes plus tard pour espérer en tirer le meilleur parti. Les légumes sont un peu plus exigeants. Ils demandent à être épluchés (quoique s’ils sont “bio”, un coup de brosse sous l’eau courante peut suffire),

La période de Noël est particulièrement faste. On se réunit en grandes tablées. Et pour sustenter ses nombreuses convives, on se lance dans des préparations culinaires prolifiques. Souvent, on a les yeux plus gros que le nombre d’estomacs à satisfaire vraiment, et les restes de nourriture pourraient presque permettre de remettre le couvert pour autant de personnes.  Pour ne pas s’infliger un menu de réveillon à l’identique pendant plusieurs jours d’affilée (Combien même il a été exquis, il finira par vous sortir par les yeux !!!), c’est le moment de

Brrrr ! Le froid a gagné l’Alsace ! Et quand les organismes se mettent à lutter contre les premiers frimas, les estomacs réclament des nourritures réconfortantes. La nature est sacrément bien faite. Nul besoin de réprimer des envies de tomates-mozzarella, de melon ou de gaspacho andalou en ce moment ! Notre corps s’adaptant au climat, nous nous orientons tout naturellement vers des produits de saison. Je vous propose donc aujourd’hui une recette automnale qui devrait réchauffer vos papilles et vous procurer le plaisir escompté en ces temps tout frisquets !

Tiens, tiens un rôti de veau farci au foie gras… Noël c’est seulement dans 5 semaines, non ? Oui, mais M’sieur-dame, en Alsace, Noël commence bien avant le 25 décembre ! Dès la première semaine de novembre, le grand sapin arrive place Kléber au coeur de Strasbourg (plus ou moins vaillant) et les boutiques sont en plein effervescence, peaufinant leur décoration pour être tout-à-fait clinquantes et être fins prêtes à accueillir les hordes touristes qui déboulent pour profiter du Christkindelmärig. Alors forcément, on pense ici peut-être plus encore qu’ailleurs au menu

Pour ceux qui suivent ce blog, peut-être avez-vous déjà été mis dans la confidence, je voue un véritable culte à la salade. Si je m’écoutais, je pourrais en manger tous les jours, midi et soir ! Mais bien-entendu, pas question d’imposer ce rythme à ma famille et notamment à mon mari, qui n’a pas eu d’autre choix que d’y prendre goût (mais pas au point d’en faire une religion non plus). Donc, je me réfrène tout en m’autorisant ce petit plaisir régulièrement. C’est une option tellement pratique quand on manque

Une envie de potimarron, la vue de quelques girolles sur un étal de supermarché et la lumière automnale des jours qui déclinent lentement mais sûrement m’auront inspiré ce plat végétarien simple et réconfortant. Un tajine en Alsace ? Et pourquoi pas ! Des légumes de nos maraîchers, des champignons de nos forêts, des noix de nos vergers et… voilà que mon tajine de potimarron et girolles prend l’accent alsacien ! Mais le safran me direz-vous ? Aussi curieux que cela puisse paraître, l’Alsace a depuis toujours des accointances avec le

Petite trêve entre Noël et Nouvel an. Oublier les huîtres, le saumon, la truffe et le foie gras. Faire table rase de la pintade. Jeter la dinde aux oubliettes. Balancer la bûche au bûcher. Ne plus ouvrir les boîtes de bredele. Pas même caresser l’idée d’une papillote ou d’un marron glacé. Il faut croire que je suis arrivée à saturation. Les produits d’exception et les plats en sauce ne me font plus du tout rêver.  Mais alors plus du tout rêver ! Pouce ! Je ne joue plus. Je m’accorde une pause bien

Il faut que je fasse gaffe… A force de poster des recettes à base de courge, je vais finir par passer pour une reine en la matière ! Ceci dit, tant pis, j’assume ! J’adore les courges. D’ailleurs, ce sont plutôt elles qui me gouvernent, me mènent par le bout du nez, me poussent à enchaîner les délits culinaires sous leur autorité. Mais je crois que le pire spécimen d’entre elles est le potimarron. Il est machiavélique le potimarron. Il ne me laisse même pas le temps de souffler. A peine en ai-je fini avec lui qu’il

1 2 Page 1 sur 2