En Alsace, septembre est le mois des prunes, dont la durée de présence particulièrement éphémère sur les étals des marchés tend à me rendre un tantinet obsessionnelle, quelque peu mono-maniaque, voire un brin compulsive. La mirabelle et la quetsche d'Alsace s'immiscent dans toutes mes pensées culinaires et je finis par ne plus songer qu'en bichromie. Mes rêves sont bleus !  Non, ils sont jaunes ! Bleus puis jaunes, jaunes puis bleus. Ils oscillent entre doré et bleuté, passent de l'ocre au violet. Quand ce n'est pas en rond que je tourne c'est en ovale que je cavale. La mirabelle et la quetsche se tirent la bourre dans ma...