Posts in Tag

recette anti-gaspi

Si vous suivez ce blog, vous avez peut-être remarqué que j’y propose pas mal de recettes anti-gaspi. Et pour cause, si hier encore, le réchauffement climatique pouvait être perçu comme une vague alerte susceptible de menacer notre survie dans un avenir lointain, la pointe de cette épée de Damoclès est aujourd’hui posée sur nos cuirs chevelus ! Nous avons tous un rôle à jouer pour mettre un sérieux coup de frein à la surenchère de consommation qui épuise les ressources de notre planète. Mais par quoi commencer ? Stop au gaspillage

Vous arrive-t-il d’accumuler du pain rassis à la maison et de vous retrouver avec une quantité de pain sec tout dur dont vous ne savez plus quoi faire (mis à part le balancer aux canards) ?  Avez-vous déjà fini, malgré tous vos scrupules, par vous débarrasser de cet amoncellement, ruinant d’un coup d’un seul, votre tentative de sauver ce drôle de butin du triste sort de la poubelle ? Ce n’est certes pas glorieux, mais rassurez-vous, vous n’êtes pas le ou la seule… Nous sommes au moins deux ! Oui,

La période de Noël est particulièrement faste. On se réunit en grandes tablées. Et pour sustenter ses nombreuses convives, on se lance dans des préparations culinaires prolifiques. Souvent, on a les yeux plus gros que le nombre d’estomacs à satisfaire vraiment, et les restes de nourriture pourraient presque permettre de remettre le couvert pour autant de personnes.  Pour ne pas s’infliger un menu de réveillon à l’identique pendant plusieurs jours d’affilée (Combien même il a été exquis, il finira par vous sortir par les yeux !!!), c’est le moment de

L’Alsace est en train de revêtir ses habits de printemps. Les arbres en bourgeons se parent de leurs premières feuilles, les champs se colorent de fleurs et l’ail des ours envahit les forêts. Les asperges sont déjà sorties de terre. Et du côté des jardins et potagers, rhubarbe, blettes, chou-fleur, petit pois et radis roses annoncent un renouveau de couleurs et de saveurs dans nos assiettes. Quelle plus belle inspiration en cuisine que de se laisser gâter par la nature et ses prodigalités du moment ?  Il est temps d’inviter les jolis boules roses de nos potagers

Il vous reste des blancs d’oeufs et vous ne savez pas trop quoi en faire ? Voici une idée de recette qui en plus de sauver vos blancs d’oeufs fera sans nul doute des heureux au moment de l’apéro. Les financiers, tout le monde connaît. Du moins en version sucrée. Avec ces petits financiers salés, c’est certain, vous ferez sensation auprès de vos invités. L’idée est originale mais pas extravagante non plus et surtout sans prise de risque. L’association fromage de chèvre et tomates confites, ça marche en effet à

A l’approche du week-end, voici une petite idée de bouchée gourmande qui aura le mérite de ravir les papilles de vos convives au moment de l’apéro tout en évitant à vos verts de poireaux le bien triste destin d’agoniser au fin fond d’un sac poubelle. La cuisine anti-gaspi, c’est un peu d’astuce , d’espièglerie… (Nan, ça c’est la vie de Candy) et de bonne volonté. Avant de soulever le couvercle de la poubelle, posons-nous toujours la question de savoir si ce geste est bien nécessaire et s’il n’y a pas moyen d’offrir une seconde

Vous avez laissé tomber un Munster aux oubliettes ? Avant de vous rendre compte qu’il s’ennuyait ferme au fin fond de votre réfrigérateur, votre fromage bien-aimé a eu tout le loisir de développer sa légendaire puissance olfactive et il tire maintenant une tronche pas possible ? Pas de panique, il n’y a aucune raison pour qu’il termine ses jours tragiquement à la poubelle ! Voici une recette parfaite pour recycler un Munster trop fait, (mais qui fonctionne aussi avec un fromage encore digne de ce nom )! Un pur délice avec que des produits

J’adore le Munster et pour moi un bon plateau de fromages doit forcément inclure cet odorant spécimen. Enfin, sa présence reste la bienvenue tant qu’il ne franchit pas un certain seuil de puissance olfactive.  S’il devient trop exubérant,  le Munster est privé de plateau… Mais pas forcément de sortie ! Quand il devient trop coulant et menace de se carapater, dépassant clairement les bornes, je le transforme en crème. Cette dernière a le don d’adoucir son fort tempérament sans pour autant le mettre en camisole. Dernièrement, j’ai intégré cette crème de Munster à une soupe de carottes

Pour ceux qui suivent un peu ce blog, vous n’ignorez sans doute pas mon aversion pour le gaspillage alimentaire et avez peut-être vu passer l’une ou l’autre recette anti-gaspi. Un des moyens de lutter à son niveau contre le gâchis est de recycler les restes. Plutôt que de manger plusieurs fois d’affilée le même plat, finir par se lasser et le jeter à la poubelle, rien de tel que de lui réinventer une seconde vie ! C’est non seulement chouette pour les papilles mais aussi pour les méninges. La contrainte induit souvent les conditions

Il m’arrive régulièrement de préparer un plat familial et de voir trop grand, beaucoup trop grand. En même temps, il y a des plats, comme la choucroute, le bäckeoffe ou le pot-au-feu qui s’envisagent difficilement en petites portions. Si chez moi personne ne se plaindra (ou n’osera se plaindre) de faire deux repas sur le même plat, c’est une franche levée de boucliers si je m’aventure à reposer la marmite une troisième fois sur la table. Je n’ai donc pas d’autre choix que celui de ruser (hors de question pour moi de

1 2 Page 1 sur 2