Julien Roland, du talent et du coeur pour sublimer la cuisine alsacienne

Photo de Julien Roland le chef du Caveau du Gaentzbrinnel à Beinheim en Alsace

Découvrez le caveau du Gaentzebrinnel  !
Un établissement membre du réseau Restos Alsace

Photo de Julien Roland le chef du Caveau du Gaentzbrinnel à Beinheim en Alsace

Véritable institution à Beinheim, le caveau du Gaentzebrinnel attire les fins gourmets de toute la région, notamment curieux de goûter une tarte flambée cuite au feu de bois qui fait beaucoup parler d’elle.

Pas étonnant que cette Winstub à l’atmosphère chaleureuse, dotée d’une superbe terrasse soit courue des bons vivants et amateurs de bonne chère. Le chef Julien Roland s’investit en effet sans compter pour faire vivre cet établissement créé il y a 6 ans, en lieu et place du dancing autrefois géré par son grand-père et laissé à l’abandon pendant plus de 35 ans. Des travaux colossaux entrepris sur deux années entières ont été nécessaires pour faire renaître cette immense bâtisse aux volumes impressionnants et lui conférer tout le charme qu’on lui connaît aujourd’hui. Julien Roland s’y est collé en grande partie. C’est dire s’il a mis de sa personne, de « ses tripes » dans ce projet !

Des tables gastronomiques à la Winstub

Julien Roland a fait grandir son âme de cuisinier dans des environnements exigeants. Il a passé sept années de sa vie, à faire des saisons, un peu partout à travers le monde – en Corse, au Canada, en Suisse, en Nouvelle Zélande –  dans des établissements pour la plupart prestigieux. Il a connu la précision et la rigueur des tables gastronomiques, élargi ses horizons culinaires auprès de grands chefs, comme l’Anglais Kevin Jibbins, qui a sensiblement influencé son approche de la cuisine.

C’est donc un Julien Roland aguerri, fort d’expériences riches et variées, qui rentre au bercail pour ouvrir, non pas un « gastro », ce qui aurait pu être la suite logique de son parcours mais un restaurant de spécialités alsaciennes et de tartes flambées.  Qui peut le plus peut le moins, prétend le dicton. Et la sagesse populaire ne ment pas.

Exigence et constance au quotidien

Le caveau du Gaentzebrinnel profite à n’en pas douter des solides bagages acquis par le Chef. Son goût pour les bons produits, sa maîtrise parfaite des cuissons et des assaisonnements, sa sensibilité pour dresser de belles assiettes sont autant d’atouts qui font du Gaentzebrinnel une table connue et reconnue dans la région.

Tous les plats proposés par Julien Roland sont bien évidemment faits maison à partir de produits frais. Et le chef ne perd jamais de vue la finalité : faire plaisir aux clients ! Ses maître-mots : simplicité, efficacité et surtout constance. La constance, c’est son secret pour faire tourner son affaire, son fil rouge au quotidien.

Une tarte flambée unique en Alsace

Même une spécialité à première vue ordinaire, comme la tarte flambée, bénéficie ici de toute l’exigence et l’attention du chef. La pâte est faite maison et laminée minute, fait assez rare pour être souligné. Une particularité qui confère aux tartes flambées une légèreté et un croustillant sans pareil. Et, ce n’est pas tout. Si le caveau du Gaentzebrinnel (Le Gaentze pour les intimes) fait partie du cercle très fermé de la confrérie du véritable Flammekueche d’Alsace, sa tarte flambée n’en est pas moins unique. Julien Roland a en effet choisi de perpétuer la recette d’un ancien restaurant de Kesseldorf. Mise au point par une certaine Lise, cette version toute particulière de la tarte flambée, à base de crème uniquement et sans fromage blanc a fini par tomber en désuétude alors qu’elle était très populaire dans la région. Le Chef du Gaentzebrinnel a eu le flair de la ressusciter ! Un parti pris audacieux mais payant ! On vient de loin aujourd’hui pour goûter au fameux Flammekueche du Gaentze, non seulement apprécié pour son goût mais aussi réputé pour être plus digeste.

Entre tradition et modernité

Une autre spécialité du restaurant fait également des émules : le cordon bleu ! Le chef en fait une interprétation toute personnelle. Ici, le cordon bleu est roulé un peu comme une paupiette de bœuf. Une présentation originale et astucieuse, qui ne fait pas que joli dans l’assiette. Elle permet à la viande de cuire en gardant tout son moelleux. Un vrai délice qui commence d’ailleurs à être copié dans certains restos du coin.

Très attaché à la région et à ses spécialités culinaires, Julien Roland aime assurément les recettes de grand-mère, y compris celles quasiment tombées aux oubliettes, en tout cas rarement proposées à la carte des restaurants. Quand il n’emmène pas les papilles de ses clients en voyage vers d’autres contrées, il met notamment à profit certains de ses fameux week-ends à thème pour remettre au goût du jour des plats traditionnels comme la Carpe frite, une spécialité du Sundgau, le soïmawe qui n’est autre qu’un estomac de porc farci ou encore les Ramnüdle, sortes de ravioles fourrées à la crème et au lard cuites à la vapeur, une spécialité du Nord de l’Alsace.

Aussi un service traiteur

Ceci dit, Olivier Roland ne renie pas pour autant son penchant pour la cuisine gastronomique. En cuisinier averti, il sait parfaitement jongler avec les styles et se montre tout aussi virtuose dans la sophistication que dans la simplicité. Il a d’ailleurs tout le loisir d’exprimer sa créativité à travers son activité de traiteur, qui lui tient tout particulièrement à coeur. Avec ses vastes et splendides salles, le caveau du Gaentzebrinnel est en effet un lieu privilégié pour l’organisation d’événements en tous genres. Et le chef se fait un bonheur d’imaginer des bouchées et menus raffinés qui reflètent toute l’étendue de son talent culinaire.

Mais au fond, ce qui fait de Julien Roland un chef hors pair, qu’il s’approprie le registre culinaire de la winstub ou celui de la cuisine gastronomique, c’est assurément son désir de tout mettre en œuvre pour faire plaisir à ses clients. La convivialité est invariablement de mise au « Gaentze ». Le Kota finlandais qui trône à l’entrée du restaurant et fait un malheur en saison hivernale avec une formule pierrade, raclette ou fondue à 33 € présage bien de l’esprit de partage et de générosité insufflé par le Chef et présent partout dans sa belle maison.

Le caveau du Gaentzebrinnel
11, rue principale
67930 Beinheim
03 88 90 95 04
E-mail:
gaentzebrinnel@gmail.com
www.gaentzebrinnel.fr

Ouvert du jeudi au dimanche midi et soir
Sauf le samedi midi 

Pour découvrir plus en détail le restaurant, en images notamment, et consulter les avis laissés par les gastronautes, rendez-vous sur www.restos-alsace.com !


5 questions pour cuisiner… le Chef Julien Roland

Envie d’en savoir encore un peu plus sur Julien Roland ?
Je lui ai posé 5 questions pour tenter de percer à jour son identité gourmande. 

  1. Quelle est ta pire aversion alimentaire ?
    Je ne suis pas fan des escargots. Et je n’aime pas les rognons, enfin l’idée des rognons car je n’en ai jamais mangé. Le comble, c’est que j’ai appris à les faire avec un chef qui maîtrisait très bien cette recette. Et les amateurs auxquels je les prépare, me disent que ce sont les meilleurs qu’ils ont jamais goûté !
  2. Tu as 15 minutes devant toi pour préparer un dîner sur le pouce ? Tu fais quoi ?
    Une petite lotte bardée au lard… Ou un bon sandwich avec du bon pain et des bons produits.
  3. Quel est ton resto alsacien préféré ?
    J’aime beaucoup aller au S’Musauer Stuebel à Strasbourg ou Chez Nico à Lingolsheim, attention pas la chaîne de Pizzeria mais l’authentique resto italien !
  4. Si tu n’avais pas été cuisinier, quel aurait été ton métier ?
    Je crois que j’aurais adoré être journaliste pour un guide comme le routard. Cela m’aurait permis d’assouvir pleinement ma passion pour le voyage. Chaque année, je ferme le restaurant au mois de janvier et je pars pour une destination lointaine, avec mon sac sur le dos. J’en ai besoin pour me ressourcer. Le voyage est essentiel dans ma vie.
  5. Cette question est celle de Lionel Hunckler, le dernier chef que j’ai cuisiné : si tu devais nommer un chef politique pour être ton chef ou ton second, lequel choisirais-tu ?
    Emmanuel Macron pour son audace.Enfin, une petite dernière pour la route, quelle question souhaites-tu  poser au prochain chef que je vaiscuisiner ?
    Dans quel autre pays que la France aimerais-tu vivre ?

Le Chef Julien Roland m’a aussi fait l’amitié de me confier une de ses recettes. Retrouvez sa recette de salade de foie de volailles  ici.

Photo de la salade de foies de volaille du Chef alsacien, Julien Roland du Caveau de Gaentzebrinnel en Alsace

Discussion about this post

  1. […] Enfin la question de Julien Roland, le dernier Chef que j’ai cuisiné :  Dans quel autre pays que la France aimeriez-vous […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts