Chinois (Schneckekueche) aux noisettes et à la cannelle

Recette du Schneckekueche aux noisettes et à la cannelle

Pour ceux qui ne connaissent pas l’Alsace, vous ne pouvez imaginer à quel point, il est difficile d’y vivre. Chaque jour est un combat à livrer contre la tentation de céder aux mille et un délices typiques de notre région. Franchement c’est un enfer ! Comment résister à un Kougelhopf tout frais, à une moelleuse bretzel, à une choucroute royalement garnie,  à un munster bien fait, à de savoureuses Fleischshnacka, aux spätzle,  knepfle et griespflutta, au croustillant du streusel, au bonheur de croquer dans une knack, à l’appel de la boîte à bredele, à la gourmandise du Käsekuchen… Et je m’arrête là car je pourrais remplir des pages entières de ce blog rien qu’en faisant l’inventaire des merveilleuses spécialités qui hantent le quotidien des Alsaciens !

Quoique, je me doive tout de même de vous mettre en garde contre le schneckekueche (chinois en Français). Pour le coup, cette brioche fourrée est un véritable supplice chinois ! Ultra-moelleuse et légère, enrichie de crème pâtissière ou de fruits secs, le Schneckekueche  offre en bouche mille sensations exquises. Comment lui dire non ? Sincèrement ? Même armé(e) de la meilleure volonté du monde, je peux vous garantir qu’il est quasiment impossible d’échapper à son emprise diabolique. Si, si, n’imaginez même pas opposer résistance au Schneckekueche. Je peux vous prédire à l’avance qu’il prendra le dessus !

A moins que vous ne déteniez en vous le secret d’une force herculéenne qui vous permette de vous tenir à distance de ce délice sans trop de souffrance. Dans ce cas, de grâce, filez -moi votre recette ! Pour ma part, il y a belle lurette que je me suis résignée. J’ai cessé de livrer combat contre le Schneckekueche et à sa cohorte de délices traditionnels tous plus insupportables les uns que les autres tant ils ont le don de mettre les nerfs à rude épreuve. Renoncer à la gourmandise en Alsace reviendrait à s’infliger les tourments d’une lutte éternelle et sans répit livrée contre les forces du bon. Le comble du masochisme ! Et comme je n’ai aucune intention de quitter la région, très peu pour moi !!!

Recette du Schneckekueche aux noisettes et à la cannelle

Schneckekueche (chinois) aux noisettes et à la cannelle

  • Type de plat Breakfast, Dessert, Snack
  • Cuisine French
Imprimer
  • Temps de préparation 30 minutes
  • Temps de cuisson 35 minutes
  • Temps total 1 heure 5 minutes
  • Portions 12

Ingrédients

Pour la crème de noisette à la cannelle

  • 125 g de noisettes
  • 125 g de sucre
  • 125 g de beurre
  • 1 oeuf
  • 3 c. à c de cannelle

Pour la pâte à brioche

  • 450 g de farine
  • 60 g de sucre
  • 1/2 cube de levure boulangère
  • 3 oeufs battus en omelette
  • 60 ml de lait
  • 125 g de beurre

Pour la dorure

  • 1 jaune d'oeuf
  • 1 c à s de crème liquide entière
  • 1 c. à c de sel

Pour le nappage

  • 1 c. à s de confiture d'abricot
  • 1 c. à c d'eau

Pour le glaçage

  • 2 c. à s de sucre glace
  • quelques gouttes de jus de citron

Instructions

La pâte à brioche (version classique)

  1. Emiettez la levure dans du lait tiède, c-à-d environ 37°C (attention, la température ne doit surtout pas excéder 50°C faute de quoi la fermentation ne pourrait pas se faire). Ajoutez le beurre fondu tiède (là encore 37°C environ). Mélangez.

  2. Versez la farine, le sucre et le sel dans un grand cul de poule et mélangez. Ajoutez les oeufs battus en omelette et le mélange lait beurre. Remuez à la cuillère en bois jusqu'à ce que la pâte soit homogène. Déposez la pâte sur votre plan de travail fariné. Si elle est trop collante, n'hésitez pas à ajouter de la farine. Pétrissez la pâte pendant 10 à 15 minutes. 

La crème de noisettes à la cannelle

  1. Petit conseil : préparez la crème de noisette pendant le premier temps de pousse, de manière à ce qu'elle n'ait pas le temps de trop refroidir et de figer, ce qui la rendrait plus difficile à étaler.

    Faites fondre le beurre. Mélangez tous les ingrédients et incorporer le beurre fondu refroidi. 

La pâte à brioche (version Thermomix)

  1. Versez le lait et le sucre dans le bol du Thermomix. Ajoutez la levure émiettée et faites chauffer à 37°C pendant 3 minutes vitesse 2. Ajoutez les autres ingrédients et activez la fonction pétrin pendant 10 minutes. Au besoin, complétez avec de la farine si la pâte est trop collante et prolonger un peu le temps de pétrissage.

Temps de pousse et façonnage

  1. Placez la pâte dans un grand cul de poule fariné. Recouvrez d'un linge propre et laissez reposer pendant 1h à 1h30 près d'une source de chaleur. Si vous avez un four avec une fonction basse température, faites-le chauffer à 40°C chaleur tournante et placez-y votre jatte. Sinon, déposez-la à proximité d'un radiateur !

  2. Au terme  ce premier temps de pousse, beurrez et farinez un  moule à génoise à fond amovible. Dégazez la pâte et étalez-la au rouleau sur votre plan de travail fariné en un rectangle d'environ 50 cm de longueur et 40 cm de largeur. 

  3. Etalez la crème de noisettes sur toute la surface du rectangle. Et roulez la pâte dans le sens de la longueur de manière à obtenir un rouleau. Découpez ce rouleau en 7 à 8 tranches d'épaisseur égale.

  4. Disposez délicatement les rouleaux (tranche visible) dans le fond de votre moule, en commençant par en déposer un au milieu puis les autres tout autour. A ce stade, il est normal que les tranches ne se touchent pas.  

  5. Laissez à nouveau la pâte pousser pendant environ 45 minutes toujours dans le four à 40°C ou près d'une source de chaleur.

  6. Au terme du temps de pousse, préchauffez le four à 180°C (chaleur tournante). Préparez la dorure en mélangeant le jaune d'oeuf et la crème. Appliquez-la au pinceau sur toute la surface du chinois. Enfournez pour 30 à 35 minutes de cuisson.

Le nappage et le glaçage

  1. Faites chauffer la confiture d'abricot avec un tout petit peu d'eau et appliquez-la au pinceau sur toute la surface du chinois encore chaud.

  2. Préparez le glaçage en mélangeant le sucre glace avec quelques gouttes de jus de citron et répartissez-le sur le chinois tiède.

  3. Démoulez votre chinois et laissez-le refroidir sur une grille. (Si toutefois, vous ne cédez pas à la tentation de le dévorer encore tiède !!!)

5 Discussion to this post

  1. philipps isabelle dit :

    enfin quelqu’un qui pense comme moi!!!!

  2. Effectivement en Alsace, les tentations sont multiples et quand je m’y baladais surtout en période de fêtes, succomber à toutes les gourmandises n’est pas trop sorcier, c’est plutôt essayer de ne pas prendre trop de kilos qui est difficile…mais que de bonnes choses ! très belle brioche

  3. Ce superbe chinois a du avoir du succès.

  4. Véronique dit :

    Elle donne vraiment envie je vais la tester et je vous montrerais le résultat sil est convaincant hihihi en tout cas merci à vous pour le partage toute la famille du côté de mon mari est origine Alsacienne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

leila
Related Posts

Ne manquez pas une miette du site, abonnez-vous à ma newsletter ! (confidentialité garantie)

Merci et à bientôt.

Powered byRapidology